Sarkozy sur les attentats : «On a sous-estimé la menace qui suivait notre intervention en Syrie»

par Libé Zap

«Lorsqu'on a pris la décision d'aller en Syrie, on n'a pas mesuré les conséquences sur la sécurité intérieure» a déclaré Nicolas Sarkozy sur Europe 1 ce mercredi. L'ancien chef de l'Etat a tout de même admis qu'il était aussi pour cette intervention au départ «parce que la Méditerranée, c'est notre banlieue» mais «le fait de lâcher des bombes en Syrie a conduit à une élévation du risque sur le territoire national dont il fallait prendre compte et tenir compte». Interrogé sur son propre bilan en matière de sécurité et de renseignement, Sarkozy a souligné qu'entre 2002 et 2011 quand il était ministre de l'Intérieur puis président de la République, il n'y avait eu «aucun attentat en France», jusqu'aux tueries perpétrées par Mohammed Merah en mars 2012.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.