Régis Debray : «Ce serait dommage d’être tous unilingues»​

par Libé Zap

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé en mars une série de mesures destinées à réformer le collège. Parmi elles, l'apprentissage d'une LV2 à partir de la 5ème, qui entraînerait la suppression de la classe bilingue en 6ème.

Invité de France Inter, l'écrivain, Régis Debray, a exprimé son inquiétude face à ces réformes qui pourraient mettre de côté certaines langues, très pratiquées il y a quelques dizaines d'années, comme l'allemand. «Cela serait dommage d'être tous unilingues», déplore l'auteur. Surtout face à la montée en puissance depuis des années de la langue de Shakespeare, langue officielle dans 53 pays. Il précise craindre «le "tout anglais" qui va avec le "tout économie"» et ajoute que «c'est la raison pour laquelle je milite pour l'enseignement du fait religieux car c'est l'enseignement de la pluralité des civilisations».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.