Migrants : une «évacuation d'urgence» pour limiter les «risques d'épidémie»

par libezap

Depuis presqu'un an, des migrants vivent dans des tentes sous le métro aérien entre la porte de la Chapelle et Barbès à Paris. Le préfet de police de Paris, Bernard Boucault, a pris un «arrêté d'évacuation d'urgence» pour mettre fin à «la dégradation des conditions de salubrité et de sécurité» constatées sur ce campement. Le démantèlement du camp a débuté ce mardi matin. La ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Touraine, a confié sur France Info que «les campements sont des lieux qui, en termes d'épidémie et en termes sanitaires, sont toujours des risques d'abord pour ceux qui y habitent». «Il faut s'assurer et veiller que chacun de ceux qui étaient là soient relogés rapidement dans de bonnes conditions», a-t-elle assuré. Le campement était nettoyé une fois par semaine par les services de la mairie de Paris mais les conditions d'hygiène se sont constamment dégradées. Une épidémie de gale s'était d'ailleurs développée parmi les migrants courant avril.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.