Les réactions à la «prise d’otage» du Medef sur la loi Travail

par Libé Zap

«Nous avons atteint aujourd’hui notre point de rupture. Si rien ne bouge sur ce texte [de la loi Travail] dans les trois semaines, nous en tirerons les conséquences. […] Nous pourrons alors demander officiellement le retrait du texte.» La déclaration en forme d’ultimatum de Pierre Gattaz fait réagir les politiques.

Considéré comme une «prise d’otage» par Manuel Valls, cet avertissement du président du Medef à l’exécutif ne plaît pas non plus à droite. Pour Henri Guaino – qui considère que la méthode «n’a pas beaucoup de sens» –, «on ne lance pas d’ultimatum au gouvernement, on ne lance pas d’ultimatum au Parlement».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.