Le droit d'asile ressurgit dans le débat politique

par libezap

Alors que le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans a annoncé lundi une aide de 5 millions d'euros pour gérer la crise des migrants, l'accès au droit d'asile fait son retour dans le débat. Le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, rebondit sur les propos lancés par Manuel Valls lors de son discours dimanche à La Rochelle. Pour lui, l'équation est simple : «accueil et fermeté». La députée Les Républicains (LR) Nathalie Kosciusko-Morizet propose, elle, de «restaurer le droit d'asile dans son essence, parce que sinon [...] on risque de le tuer». Plus radicale encore, la présidente du Front national n'hésite pas à s'engouffrer dans la brèche : «Si l'on s'en tient aux critères de l'asile, il faut être persécuté par le gouvernement en place. Ceux qui sont actuellement combattus par le gouvernement en place, ce sont les fondamentalistes islamistes».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.