La comparaison de Sarkozy sur les migrants : «un manque de respect» décrié par la gauche

par Libé Zap

Pour le président du parti appelé «Les Républicains» (LR), le drame humanitaire des migrants est comparable à une fuite d’eau. Il l’a dit sans détour jeudi soir, dans un meeting devant les militants du Val-d’Oise réunis à l’Isle-Adam. Et la comparaison ne passe pas. «Un manque de respect», «une phrase stigmatisante», «des propos vulgaires», les élus de gauche, unanimes, dénoncent cette métaphore.

Le secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen évoque vendredi matin un «décalage». «La vulgarité n’est pas une bonne façon de faire de la pédagogie», a-t-il déclaré sur iTélé. Un avis partagé par le Premier ministre qui s’est empressé de donner une leçon de morale à l’ex-chef d’Etat, lui conseillant de faire preuve d’exemplarité «dans l’attitude [et] dans les mots». «La vie politique mérite plus que ces phrases stigmatisantes, qui ne sont pas au niveau», a souligné le chef du gouvernement.

Même réaction chez Najat Vallaud-Belkacem. La ministre de l’Education nationale qui «ne comprend pas» que Nicolas Sarkozy puisse «s’arroge[r] le titre de "Républicain"» et «remettre en cause l’un des acquis essentiel de la République». Dans le même temps, le député socialiste de Paris, Christophe Caresche, préconise sur LCP de s’abstenir de trop s’exprimer sur le sujet. «Aucun des responsables politiques, de droite comme de gauche, n’a intérêt à trop jouer avec cette affaire.»

Mais Nicolas Sarkozy est le maître en matière de provocation, comme le rappelle le député du Parti radical de gauche, Alain Tourret. «Il sait parfaitement ce qu’il dit [...] tout est réfléchi.»

Vos réactions doivent respecter nos CGU.