«Injustice», «leçon» : le PS tente d'expliquer sa déroute aux législatives

par libezap

«A terre, décapité, éclaté.» Au lendemain du premier tour des élections législatives, le Parti socialiste accuse le coup de sa déroute. Le PS contrôlait depuis 2012 la moitié de l'Assemblée nationale. Il ne pourra désormais obtenir que 15 à 40 sièges sur 577. Comme Thierry Mandon, la plupart des membres de l'ancienne majorité tentent d'expliquer comment le parti en est arrivé là et assurent qu'il faudra en tirer les leçons.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.