Gardien de prison, un métier ingrat

par BFMTV

Horaires éprouvants, rythme de travail soutenus, sous-effectif, incivilités, métier mal considéré … Le taux de suicide des surveillants pénitentiaires est 31% pour cent plus élevé que la moyenne nationale. Le ministère de la justice lance une campagne de recrutement alors que les syndicats de l'administration pénitentiaires n'en peuvent plus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.