Faut-il craindre une nouvelle crise migratoire en Europe ?

par Le Parisien

Le 28 février, la Turquie a annoncé l’ouverture des frontières qu’elle partage avec l’Union Européenne. Erdogan suspend ainsi un accord signé en 2016, qui promettait d’endiguer les arrivées dans l’UE en contrepartie d’un soutien financier. Recep Tayyip Erdogan fait pression sur l’Union Européenne, et exige qu’elle intervienne en Syrie, alors que les violences s’intensifient dans la région. Décryptage d'Henri Vernet, rédacteur en chef adjoint au Parisien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.