«Etat de droit» et «humanité», comment la gauche parle de l'expulsion des migrants

par Libé Zap

Il y a vingt ans, la droite souhaitait faire preuve de «fermeté» tout en gardant un minimum d'«humanité» à l’égard des migrants. Ce sont également les termes employés par Pierre Laurent, Jean-Marie Le Guen, Patrick Kanner et Juliette Méadel. Ces quatre élus de gauche soulignent une forte considération de la part du gouvernement envers les migrants mais déplorent le manque de solutions qui s'offrent à eux.

L'humanité, ce n'est pas ce qu'ont retenu les riverains, les militants et la poignée d’élus venus soutenir les migrants de la rue Pajol dans le XVIIIe arrondissement de Paris, où a eu lieu une évacuation assez musclée de plus de 80 d’entre eux. Délogés, les migrants ont été emmenés au commissariat, où il leur a été demandé, avec l'aide de cinq interprètes, s'ils souhaitaient solliciter l'asile. Aucun des migrants, des Erythréens, des Soudanais et des Ethiopiens pour la plupart, n'a selon lui souhaité s'engager dans une procédure.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.