«Des places supplémentaires» et «un numerus clausus» pour la contrôleuse générale des prisons

par libezap

Confrontée à l'irrésoluble problématique de la surpopulation carcérale, la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté Adeline Hazan a évoqué, ce lundi matin au micro de France Inter, ses solutions. Pour l'ancienne maire socialiste de Reims, s'il «faut un nombre de places supplémentaires», le salut pourrait également venir de la mise en place d'un numerus clausus.
Adeline Hazan rappelle que la France «frôle actuellement les 70 000 détenus» pour 58 300 places de prison actuellement. Avec, à la clé, des conditions d'incarcération «indignes», le non-respect «des droits fondamentaux qui sont accordés par la loi aux détenus» (maintien des liens familiaux, travail, santé), et la multiplication des situations de tension et des violences.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.