Défendre les langues minoritaires à l'école

par euronews-fr

Plus de six mille langues sont parlées aujourd'hui à travers le monde et d'après l'Unesco, la moitié pratiquée par moins de dix mille personnes disparaîtra d'ici la fin du siècle. À l'école, cela ne va pas sans poser quelques difficultés : des enfants risquent de se démobiliser si on leur fait classe non pas dans leur langue maternelle, mais dans une seconde langue.L'enseignement est bien évidemment un domaine d'action pour défendre ces dialectes menacés. Dans cette édition, nous découvrons des initiatives lancées au Kenya et au Pays basque espagnol et nous interrogeons une spécialiste du sujet.Kenya : les Yaaku luttent contre l'extinction de leur langueLeur peuple est l'un des plus petits au monde et leur langue l'est encore plus : les Yaaku comptent dans le centre du Kenya, 5 500 membres qui vivent en général de l'apiculture et de la production de fruits. Leur dialecte est en train de s'éteindre : à force de faire du commerce avec les Massaï, ils l'ont peu à peu perdu. Aujourd'hui, il ne reste plus que dix personnes qui parlent le yaaku.Une situation que n'accepte pas Steven Leitiku, 84 ans. Il enseigne sa langue au sein de sa communauté et dans l'école de son village. "C'est très important pour nous de parler cette langue pour que l'on puisse se revendiquer comme l'une des communautés ethniques du Kenya," souligne Mannaseh Matunge, un enseignant.Mais les documents et les manuels manquent pour s'initier à la grammaire et à l'expression. Les leçons se limitent souvent à apprendre par cœur, des listes de mots. "On a besoin de quelqu'un qui assiste le vieil homme pour noter tout ce qu'il enseigne en classe," insiste Andrew Mokaya, un autre professeur, "comme ça, on aura tout sur papier pour savoir à quoi nous référer."Un appel est lancé au gouvernement kényan pour obtenir de l'aide. Récemment, un dictionnaire yaaku a été rédigé par un linguiste allemand. De quoi donner de l'espoir à tous ceux qui se mobilisent pour faire vivre cette langue.Rita Izsák : "la liberté...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.