Crimée: les Tatars craignent une russification forcée

par afp

Ils ont connu l'exil et les discriminations. Accusés par Staline d'avoir collaboré avec les nazis, les Tatares de Crimée ont tous été déportés à la fin de la deuxième guerre mondiale. Après la chute de l'URSS, ils sont revenus dans leur terre historique de Bakhtchissaraï, près de Simferopol. Musulmans et minorité ethnique qui représente 12% de la population en Crimée, ils craignent de repasser sous tutelle russe et ont décidé de boycotter le référendum du 16 mars prochain. Durée: 02:29

Vos réactions doivent respecter nos CGU.