Charlottesville : Trump remet le feu aux poudres

par euronews-fr

Trois jours après l’attaque à la voiture-bélier à Charlottesville contre des manifestants anti-racistes, Donald Trump a remis le feu aux poudres, mardi, en renvoyant dos à dos les activistes qui se sont affrontés samedi dernier. De violente échauffourées avaient opposé des groupes d’extrême droite aux mouvements anti-fascistes.

Donald Trump : “J’ai regardé ces images de très près. de beaucoup plus près que la plupart des gens. Vous aviez un groupe d’un côté qui était agressif. Et vous aviez un groupe de l’autre côté qui était aussi très violent. J’ai condamné les néo-nazis, j’ai condamné plusieurs type de groupes mais tous ces gens n‘étaient pas néo-nazis, croyez-moi, tous n‘étaient pas des suprémacistes blanc, loin s’en faut.”

Donald Trump a également critiqué le déboulonnage d’une statue en mémoire des soldats de la guerre de Sécession par des militants antiracistes. Quitte à convoquer l’histoire des Etats-Unis.

Donald Trump : “George Washington était bien un propriétaire d’esclaves ? Donc Geroge Washington devrait perdre aujourd’hui sa statue ? Excusez moi, mais allons-nous faire tomber la statue de George Washington ? Et celle de Thomas Jefferson ? Qu’est ce que vous pensez de Thomas Jefferson ? Vous l’aimez ? OK, très bien. Allez-vous faire tomber sa statue parce qu’il était l’iun des plus grands propriétaire d’esclaves!”

Les déclarations du président ont immédiatement saluées par l’ancien leader du Ku Klux Klan qui a remercié Donald Trump pour son courage et son honnêteté.

Mais les propos du président ont surtout été vivement condamnés. “Un grand président américain doit unifier le pays et non le diviser”, a notamment twitté le sénateur démocrate Chuck Shumer.

Avec Agences

Vos réactions doivent respecter nos CGU.