VIDÉO. "Violeur de la Sambre" : "Il m'a dit 'tu fermes ta gueule ou je te tue'", témoigne l'une des victimes

VIDÉO. "Violeur de la Sambre" : "Il m'a dit 'tu fermes ta gueule ou je te tue'", témoigne l'une des victimes

Michèle Rémy, victime du violeur présumé de la Sambre, sur BFMTV.

Orange avec AFP, publié le vendredi 02 mars 2018 à 12h36

TÉMOIGNAGE. Michèle Rémy fait partie des 19 victimes de viols et d'agressions sexuelles identifiées en France dans la vallée de la Sambre.

Elle a accepté de témoigner sur Franceinfo et BFMTV.

Il s'agit d'une des plus retentissantes affaires du genre de ces dernières années. Dino Salcar, un ouvrier quinquagénaire domicilié à Pont-sur-Sambre (Nord), a été mis en examen mercredi 28 février pour "viols et agressions sexuelles" après avoir reconnu "une quarantaine" de ces faits depuis les années 1990. Dix-neuf victimes ont été identifiées pour le moment. Parmi elles, Michèle Rémy qui a raconté son histoire sur BFMTV et Franceinfo.

L'employée de mairie, sexagénaire, a été agressée en 2002 sur la commune de Louvroil, où elle travaille, à 11 km de Pont-sur Sambre. "C'était le 7 ou le 8 février, c'était un vendredi", se remémore-t-elle. "J'allais travailler à la salle de sport. Quand j'ai refermé la porte, on m'a sauté sur le dos, par derrière. Là, votre vie, elle défile sur un quart d'heure de temps... Il m'a coupé la respiration et m'a mis un couteau sous la gorge. Il m'a dit : 'Tu fermes ta gueule sinon je te tue'", raconte-t-elle à Franceinfo.

Une de ses collègues est "arrivée à temps"

"Je me suis dit 'qu'est-ce qui m'arrive, ça y'est, c'est le violeur'. Car on avait été informés qu'il y avait un violeur dans le coin. Il m'a tirée du côté des toilettes, il faisait noir. Avec un bras, il a coincé ma tête sous son aisselle, il serrait fort. Et avec l'autre main, il m'a tiré les cheveux. J'étais coincée, je ne pouvais rien faire du tout", précise-t-elle face aux caméras de BFMTV.

"Il m'a dit : 'Allonge-toi'. Il m'a attaché les mains, les pieds, et quand j'ai été sur mon dos, là il m'a étranglée carrément, des coups de poings, des gifles..." Michèle n'a pas été violée car une de ses collègues est "arrivée à temps". L'homme l'a poussée pour s'enfuir. "Elle a allumé toutes les lumières. Il m'a lâchée, mais j'avais le haut tout ouvert. Elle a hurlé."



"Il repérait ses victimes"

Michèle Rémy a toujours été persuadée que son agresseur était du coin. "Je me suis toujours dit que c'était une personne du coin. Il ne faisait pas ça du jour au lendemain, il repérait ses victimes. Il nous repérait."

Si elle témoigne aujourd'hui, "c'est pour être soulagée, tranquille". Elle encourage les autres victimes à témoigner à leur tour. "Qu'elles parlent, qu'elles parlent, ça aidera les autres personnes et elles-mêmes. Elles seront délivrées."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
66 commentaires - VIDÉO. "Violeur de la Sambre" : "Il m'a dit 'tu fermes ta gueule ou je te tue'", témoigne l'une des victimes
  • Vu la période de certains actes voilà pourquoi il ne faut pas de prescriptions pour les histoires de viols ,de meurtre et maltraitance sur enfants et personnes défaillantes. Il y a aussi prescriptions pour les magouilles des politiques bien souvent ,mais là!....... Les politiques ne veulent pas annuler les délais de prescription devinez pourquoi?

  • 03.03.18 16:26

    Alors qu'on ne cesse de nous rebattre les oreilles avec la présomption d'innocence et le floutage systématiques notamment des islamistes ou de l'assassin de la petite Maelys qui lui aussi a avoué, voilà que maintenant on livre le nom, le visage, l'habitation du violeur (présumé dit-on jusqu'à sa condamnation) parce qu'il s'agirait d'un blanc : deux poids deux mesures

  • faut se méfier de l'eau qui dort

  • C'était effectivement il y a longtemps !

  • Ce monsieur bien sous tout rapport a-t-il bénéficié de complicités passives? Pourquoi faut-il insister lourdement pour déposer une main courante? D'où viennent les ordres en ce sens?