VIDÉO. Réforme du Code du travail : "Cette loi est pire" que celle d'El Khomri, selon Martinez

VIDÉO. Réforme du Code du travail : "Cette loi est pire" que celle d'El Khomri, selon Martinez
Philippe Martinez, le 24 juillet 2017, à Matignon.

Orange avec AFP, publié le mardi 12 septembre 2017 à 10h16

MOBILISATION. Le secrétaire général de la CGT prévoit "du monde" dans les rues pour contester la réforme du droit du travail ce mardi, une journée qu'il voit comme "une première étape de prise de conscience" des salariés.

Plafonnement des indemnités prud'homales, fusion des instances représentatives du personnel dans les entreprises, réforme du compte pénibilité, place accrue à l'accord d'entreprise...

: la réforme du Code du travail reprend plusieurs promesses de campagne du président Macron au grand dam des syndicats.

À l'appel de la CGT, de la FSU, Solidaires et l'Unef, une première mobilisation est lancée mardi 12 septembre contre ce projet. À la tête du syndicat, Philippe Martinez prévoit "du monde" dans les rues avec près de 200 manifestations et 4.000 appels à la grève.

"Cette première mobilisation contribue à accentuer le débat autour de ces ordonnances", a-t-il déclaré sur France 2, quelques heures avant de participer à la manifestation parisienne, à 14h. Cette journée est "une première étape pour une prise de conscience", a-t-il ajouté : "Il n'y a que les combats qu'on ne mène pas qui sont perdus d'avance".

Selon lui, "cette loi est pire" que la loi El Khomri du précédent gouvernement. "On continue le débat sur la question du droit du travail. Ceux qui ont des droits ne sont pas des privilégiés. Ce qui est anormal, c'est ceux qui n'ont pas de droits, s'est indigné le syndicaliste. Il y a une vraie remise en cause du droit du travail. La mobilisation est nécessaire. Dès les premières concertations, on n'a pas pu attendre avant de dire qu'il fallait se mobiliser à la rentrée."



Le leader syndicaliste a regretté que les autres grandes confédérations (FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC), qui critiquent pourtant la réforme, ne s'associent pas à la mobilisation. Le leader de la CFDT, Laurent Berger a notamment affirmé lundi soir que son syndicat était "mobilisé" vis à vis de la réforme du Code du travail, mais n'avait "pas besoin de faire une démonstration de faiblesse".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.