VIDEO - "Patrick", la chanson ironique de Grand Corps Malade sur Patrick Balkany

VIDEO - "Patrick", la chanson ironique de Grand Corps Malade sur Patrick Balkany
Grand Corps Malade le 24 février 2017 à Paris.

Orange avec AFP, publié le samedi 10 février 2018 à 18h34

"Je t'admire intensément (...) Tu m'impressionnes par ton charisme et ton talent. Tu parles fort, t'en fais des tonnes.

Pour moi, c'est bien toi le plus grand". Dans ce vidéo-clip diffusé vendredi 9 février, Grand Corps malade s'adresse directement au maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany. "Tu as rendu la vie plus belle pour ceux qui habitent Lavallois. Les entreprises viennent à la pelle, mais pas trop les logements sociaux. Du coup, ta ville est bien plus belle, c'est vrai que les pauvres, c'est pas beau", ironise le slameur. Le titre du morceau ? Patrick.



"Depuis, longtemps, tu sais très bien que la morale et la décence, c'est pour les faibles, ça sert à rien. Toi, loin du scrupules, tu avances (...) Plus de mises en examen que ton ami Nicolas" poursuit-il.



Alors que le nom de Patrick Balkany apparaît dans plusieurs affaires, Grand Corps Malade scande : "Blanchiment de fraude fiscale et déclarations mensongères, corruption, Panama papers, j'oublie sûrement quelques affaires. Toi, tu restes droit dans tes bottes, tête haute et grande gueule ; tous ces juges, toi et tes potes, tu sais même pas ce qu'ils vous veulent". Au fur et à mesure que Grand Corps malade déroule son texte, prononcé dans plusieurs lieux de la ville, devant la mairie ou au marché, les propos deviennent plus virulents également à l'égard de la justice française. "C'est bien grâce à des gens comme toi que j'ai confiance en mon pays, en sa justice et en ses droits. Vive la France et son mépris".

Contacté par France Info, Patrick Balkany a indiqué : "C'est un artiste, il dit ce qu'il veut". Mais a tout de même profité du micro de FranceInfo pour ironiser à son tour : "c'est curieux, quand il est venu chanter, engagé par le service culturel de la mairie, là, il n'a pas chanté contre le père : il a pris son cachet et il a dit merci".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU