VIDEO - Nordahl Lelandais : une quinzaine de familles de disparus interpellent la justice

VIDEO - Nordahl Lelandais : une quinzaine de familles de disparus interpellent la justice
Une hommage à la petite Maëlys, la première victime de Nordahl Lelandais, à Pont-de-Beauvoisin, le 15 février 2018.

Orange avec AFP, publié le samedi 28 avril 2018 à 08h09

Une quinzaine de familles de disparus en Rhône-Alpes, qui suspectent l'implication de Nordahl Lelandais, se sont réunies vendredi à Lyon et ont réclamé que les dossiers non élucidés auxquels l'homme pourrait être lié soient examinés par la justice.

Quelques mois après l'arrestation de Nordahl Lelandais pour le meurtre de la petite Maëlys et quelques semaines après l'aveu de ce dernier sur l'assassinat du caporal Arthur Noyer, les familles de plusieurs disparus ont interpellé la justice. Selon elles, Nordahl Lelandais pourrait être impliqué dans la disparition de leurs proches.



Ce sont plus particulièrement les cas de Jean-Christophe Morin et d'Ahmed Hamadou qui suscitent des interrogations chez leurs proches, comme le rapporte Europe 1. Ces deux hommes ont disparus, à un an d'intervalle, à proximité d'un festival de musique organisé au fort de Tamié, en Savoie en 2011 et 2012. Un lieu situé non loin du domicile de Nordahl Lelandais.

Les portables d'un des disparus à disposition de la justice

Selon l'avocat des familles de Jean-Christophe Morin et d'Ahmed Hamadou, Me Didier Seban, la justice "a du travail à faire, les familles sont en attente." Me Didier Seban a également expliqué que la famille de Jean-Christophe Morin aurait gardé les téléphones portables du disparu et les tiendrait à disposition de la justice pour qu'ils soient examinés.

"Peut-être y trouvera-t-on la trace d'un appel de Lelandais, la présence de celui-ci dans l'annuaire téléphonique, des échanges SMS?", a expliqué l'avocat au micro de RTL, avant de poursuivre : "Personne ne vient chercher ces portables, personne ne les examine. Il serait temps que la justice se mette à l'heure du temps."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.