VIDÉO. Meurtre d'Alexia Daval : la procureure de Besançon fustige la "surenchère médiatique"

VIDÉO. Meurtre d'Alexia Daval : la procureure de Besançon fustige la "surenchère médiatique"
La procureure de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot, le 30 janvier 2018.

Orange avec AFP, publié le jeudi 01 février 2018 à 22h20

Après de nouvelles révélations dans la presse, la magistrate a rappelé jeudi soir que "derrière cette histoire qu'on déroule de manière indécente, se joue le destin d'un homme qui doit bénéficier de la présomption d'innocence."

Depuis les aveux de Jonathann Daval, le meurtre d'Alexia Daval est revenu au centre de l'actualité. Voire un peu trop pour la procureure de Besançon Edwige Roux-Morizot en charge de l'affaire. Très remontée contre les médias, la magistrate a pris la parole jeudi soir 1er février pour dénoncer la "surenchère médiatique".

"Ni les enquêteurs, ni le juge d'instruction ne peuvent prendre la parole. Alors (...), c'est moi, la procureure, qui la prend pour porter la raison au milieu de cette folie médiatique qui oublie que, derrière cette histoire qu'on déroule de manière indécente, se joue le destin d'un homme qui doit bénéficier de la présomption d'innocence, bafouée chaque jour", a-t-elle déploré, fustigeant les "violations répétées et inadmissibles du secret de l'instruction". Son intervention faisait notamment suite à la révélation, jeudi par BFMTV, du contenu d'échanges de SMS entre les époux Daval, a précisé une source judiciaire.



"Cette valeur fondamentale de la présomption d'innocence et du secret de l'instruction ne se marchande pas", a-t-elle souligné. "Cette affaire, c'est aussi une jeune femme morte il y a si peu de temps, dans des conditions terribles, et dont la mémoire chaque jour est salie un peu plus", a déclaré la magistrate.

Alexia Daval, employée de banque de 29 ans, avait été retrouvée morte fin octobre, asphyxiée et battue, le corps partiellement brûlé, en Haute-Saône. Trois mois jour pour jour après la découverte de son cadavre dans un bois d'Esmoulins, non loin de son domicile, son mari, Jonathann Daval, qui apparaissait en public effondré par la mort de son épouse, a finalement avoué mardi 30 janvier, en garde à vue, l'avoir lui-même tuée au cours d'une dispute.

L'enquête sur ce meurtre se poursuit, même après les aveux de Jonathann Daval, qui "a le droit de modifier ses déclarations, de les préciser, de les ajuster, et ce jusqu'à l'issue de l'instruction judiciaire", a ajouté la représentante du Parquet.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
657 commentaires - VIDÉO. Meurtre d'Alexia Daval : la procureure de Besançon fustige la "surenchère médiatique"
  • BRAVO MADAME.
    Malheureusement dans leur soi-disant souci d'informer le citoyen tous les médias confondus (presse ; audio & TV), font bien plus de mal à l'enquête qu'autre chose.

  • Elle se permet cette procureure de se faire l 'avocat du diable en faisant semblant de défendre la victime .ellle roule dans le meme sens que les médias . à vomir . il n 'y a plus a plus aucune présomption d 'innocence pour l 'assassin, il a avoué , ce qu'il a fait concorde avec les éléments des enquèteurs , cette procureure veut -elle ou non condamner l 'assassin , d 'apres ses propos je n 'en ai pas l 'impression .

  • Quelle femme digne et qui connaît le droit et elle sait bien parler contrairement à tous ces médias qui étalent la vie privée des gens, bafouent la présomption d'inoncence et n'on aucun respect pour cette jeune femme tuee de façon horrible et dont le corps a été jetée dans les bois sans aucun respect comme une veille souche un peu de décence de partout serait un plus !

  • Madame le procureure découvre que l'eau, cà mouille ! Dans l'affaire Fillon, la chaine parquet-police-enquêteurs-justice n'a pas été la dernière à participer -voire à nourrir- le feuilleton dont l'objectif était et reste encore très clair pour beaucoup de français. Associées aux medias, les actions cumulées de cette chaine sont imparables. Quelques soient les domaines ou les finalités, ceux qui les exploitent le savent.

  • Avec ce...... '' présumé innocent'' nos lois Françaises, sous le couvert et la bénédiction d'avocats véreux, dont leurs seuls mobiles se situent au nombre de zéros derrière un chiffre sur un chèque, car voyez vous , en France ,défendre un présumé coupable afin de prouver qu'il devienne un ''présumé innocent'' personne n'en veut dans notre monde judiciaire, et politique, avec des procédures qui durent cinq, dix, quinze ans..., pourquoi, parce que ''présumé coupable'', de suite on est suspendu de ses fonctions, et croyez moi que le train des procédures prises pour inverser les rôles, ou les confirmer changeraient le débat.....