VIDÉO. Meurtre d'Alexia Daval : "C'est une trahison, on a deux deuils", explique sa famille

VIDÉO. Meurtre d'Alexia Daval : "C'est une trahison, on a deux deuils", explique sa famille
Un avis de recherches d'Alexia Daval.

Orange avec AFP, publié le lundi 05 mars 2018 à 19h00

Pour la première fois depuis le début de l'affaire, la famille d'Alexia Daval a pris la parole lundi 5 mars dans un entretien à BFM TV. Les proches de la joggeuse tuée par son mari, Jonathann Daval, le 28 octobre 2017 ont raconté le "scénario" mis en place par l'homme.



Jonathaan Daval a avoué le meurtre de son ancienne compagne, Alexia Daval, il y a seulement un mois.Selon les proches de la jeune femme, l'homme aurait élaboré un "scénario réfléchi" avant de passer à l'acte.



Une mise en scène parfaitement orchestrée
Le samedi 28 octobre, jour du meurtre d'Alexia, Jonathann Daval serait arrivé "en pleurs" vers 11 heures au domicile des parents de la jeune femme, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot. "Il est arrivé en disant que quelque chose était arrivé à Alexia, qui était partie depuis 9 heures, 9h15", explique Isabelle Fouillot. "Je lui ai dit que ce n'était pas possible, qu'elle avait dû rencontrer quelqu'un en chemin et qu'elle devait discuter avec [...], moi je m'attendais à ce qu'elle arrive. Mais lui était déjà en pleurs", raconte la maman de la joggeuse disparue.



Grégory Gay, le beau-frère d'Alexia, décide alors de partir à la recherche de la jeune femme. "On a commencé à tourner un peu là où elle aurait dû courir, à regarder dans les fossés si on trouvait quelque chose", explique-t-il au micro de Ruth Elkrief. En rentrant au domicile des parents d'Alexia, Jonathann Daval aurait fait semblant d'appeler une nouvelle fois Alexia. "Je l'ai entendu appeler Alexia, il est redescendu en pleurant, sa mère et son frère sont arrivés au même moment", raconte Grégory Gay. "Je lui ai dit, écoute, on va aux urgences, je l'emmène aux urgences, personne. Et puis, je lui dis maintenant on va à la gendarmerie, c'est pour cela qu'on arrive à 12 heures à la gendarmerie", détaille le beau-frère.

"On a perdu deux êtres qu'on aimait énormément et ça fait mal"
Le 30 janvier dernier, jour des aveux de Jonathann Daval, la famille d'Alexia comprend alors toute la mise en scène orchestrée par l'homme la matin du 28 octobre 2017 : "On s'est bien fait manipuler, il s'était fait un scénario", explique la mère de la jeune femme disparue. "Il y a réfléchi à ce scénario en tout cas, la manipulation est allée très loin, ça a été structuré et on n'a pas l'impression que c'est du vite fait, il y a réfléchi", insiste Stéphanie Gay, la sœur d'Alexia. "Quand on voit, on va dire, la qualité de son mensonge pendant les trois mois qui ont suivi, c'est vrai qu'on se demande sérieusement depuis quand on préparait ça, c'est impressionnant", estime le beau-frère de la victime.

Pour les proches d'Alexia, il s'agit d'une double peine : "C'est une trahison on ne peut pas appeler ça autrement, on a deux deuils, on a perdu deux êtres qu'on aimait énormément et ça fait mal", selon Jean-Pierre Fouillot.


La famille a également expliqué qu'elle n'aura jamais suspecté Jonathann Daval : "Connaissant Jonathann comme on le connaissait, pour nous c'était impossible, impossible avec tout ce qu'il s'est passé entre nous, vivre comme on vivait tous ensemble, à aucun moment on a eu un doute", précise le père de la victime.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU