VIDÉO. "Le gouvernement et Macron sont à genoux devant les chasseurs", déplore Brigitte Bardot

VIDÉO. "Le gouvernement et Macron sont à genoux devant les chasseurs", déplore Brigitte Bardot
Brigitte Bardot le 27 septembre 2018 à l'Élysée.

publié le samedi 03 novembre 2018 à 12h40

La Fondation Brigitte Bardot est à l'initiative d'un manifeste "contre les excès et provocations de la chasse" publié ce samedi 3 novembre dans Le Parisien. "La chasse, c'est un assassinat légal", dénonce de son côté l'ancienne star de cinéma au micro d'Europe 1.

"C'est une révolte, c'est un ras-le-bol.

Trop, c'est trop !" Au micro d'Europe 1 samedi matin 3 novembre, Brigitte Bardot justifie la tribune anti-chasse publiée en ce jour de la Saint-Hubert, patron des chasseurs, dans les colonnes du Parisien. À l'initiative de la Fondation Brigitte Bardot, 76 Fondations et associations, parmi lesquelles Peta, L214, La Fondation 30 millions d'amis, la Ligue pour la protection des oiseaux, One Voice, la ligue de Protection des animaux sauvage (l'Aspas) ou la SPA, lancent un appel "contre les excès et provocations de la chasse".

"Pour la première fois, 76 associations et fondations se sont mises ensemble pour réagir contre le lobby des chasseurs", se réjouit l'ancienne star de cinéma, selon qui "76 ou 77% des Français sont contre la chasse". "Le gouvernement et Macron sont à genoux devant les chasseurs, leur donnent des privilèges inimaginables. Il y en a marre", dénonce-t-elle.

"On n'a pas le droit de tuer comme ça, n'importe comment, n'importe quand. C'est scandaleux", poursuit-elle. "Il n'y a pas un jour où les gens peuvent se promener tranquillement sans prendre des plombs", déplore-t-elle. "On va tuer des animaux innocents pour le loisir, pour le plaisir. C'est immonde. La chasse, c'est un assassinat légal."



"La France est devenue un temple de loisir pour extermination d'animaux", a-t-elle par ailleurs fustigé sur BFMTV, répétant ce qu'elle avait déjà dit à l'AFP la veille. "Il y a des morts, il y a des blessés. Il y a surtout des animaux qui sont pris en otage, qui sont tués, blessés. Le gouvernement est à la botte des chasseurs", a-t-elle insisté.



Treize personnes sont décédées dans des accidents de chasse lors de la dernière saison (entre le 1er juin 2017 et 31 mai 2018), dont deux non chasseurs, un chiffre en baisse par rapport à la saison précédente, a annoncé début septembre l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Le nombre total d'accidents, en comptant les blessés, a été de 113.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.