VIDÉO. Brigitte Macron entre en guerre contre le harcèlement scolaire

VIDÉO. Brigitte Macron entre en guerre contre le harcèlement scolaire
Brigitte Macron et Jean-Michel Blanquer en déplacement à Dijon, le 5 mars 2018.

Orange avec AFP, publié le lundi 05 mars 2018 à 21h00

Brigitte Macron et Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, étaient lundi 5 mars en déplacement dans un lycée de Dijon (Bourgogne) sur le thème du harcèlement scolaire.



Le ministre et la Première dame se sont rendus au lycée Carnot de Dijon pour présenter la nouvelle campagne "non au harcèlement" dont l'édition 2018 sera axée sur "les cyberviolences, avec une attention particulière portée aux violences en ligne liées à la diffusion d'images intimes à l'insu des victimes (le sexting)".


"On ne peut pas rester comme ça, à côté d'eux"

Une cause qui tient à cœur à l'épouse du Président, elle-même ancienne professeure de lettres : "On a fait des questionnaires anonymes.

80% quasiment des élèves qui ont répondu avaient été harcelés d'une manière ou d'une autre", a-t-elle déclaré.



Et pour Brigitte Macron, il y a urgence, car le harcèlement scolaire se déroule aussi en dehors des murs des établissements scolaires : "Maintenant, il y a une continuité. Ça se perpétue avec les réseaux. C'est absolument effarant. Avant, c'était fini à 17 heures. Maintenant, il n'y a pas de fin. C'est à longueur de nuit. Ils changent d'établissement et ça continue. J'ai certains ados qui m'écrivent parce qu'ils savent que j'ai été prof et je vous garantis que leurs lettres sont totalement déchirantes. On ne peut pas rester comme ça, à côté d'eux. Il faut leur dire qu'on est là", a détaillé la Première dame.

Des élèves nommés "ambassadeurs" contre le harcèlement dans chaque établissement

Le ministre et la Première dame ont également annoncé la généralisation d'élèves "ambassadeurs" contre le harcèlement dans les écoles : "Il y aura des ambassadeurs lycéens et des ambassadeurs collégiens dans chaque collège et dans chaque lycée de France, pour avoir ce rôle actif contre le harcèlement", a-t-il déclaré au cours d'un point presse au lycée Carnot de Dijon. Selon ce dispositif, qui se généralise depuis 2015 dans les lycées et sera étendu aux collèges, des élèves "ambassadeurs" mènent des actions de prévention contre le harcèlement.

"On a besoin de manières nouvelles de lutter contre le harcèlement, c'est-à-dire d'engager les élèves dans cette lutte", a souligné le ministre de l'Education nationale. "Les ambassadeurs sont essentiels, parce que ce sont eux les relais. Nous, les profs, on a un rapport privilégié avec eux, (mais) parfois on n'est pas les bons relais parce qu'ils ont peur que nous ne les comprenions pas", a assuré Brigitte Macron.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.