Vers un service national "obligatoire" en France

Vers un service national "obligatoire" en France

La ministre des Armées Florence Parly (g) et le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux donnent un point presse le 8 février 2018 à Paris

AFP, publié le mardi 13 février 2018 à 14h03

Le "service national universel" en France, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, sera "obligatoire", a affirmé mardi le porte-parole du gouvernement, coupant court aux questionnements sur le sujet devenu un casse-tête pour l'exécutif.

"Il sera universel, il concernera toute la classe d'âge et il sera obligatoire", a déclaré Benjamin Griveaux sur Radio classique et Paris première.

Alors que la France a supprimé le service militaire en 1997, Emmanuel Macron avait promis lors de la campagne présidentielle de rétablir un "service national obligatoire et universel" d'un mois et pour l'ensemble d'une même classe d'âge, soit entre 600.000 et 800.000 jeunes par an.

Devenu président, M. Macron a réitéré sa promesse. "Il ne s'agit pas de réinventer le service militaire" mais de donner "à la jeunesse de France des causes à défendre, des combats à mener dans les domaines social, environnemental, culturel", expliquait-il fin janvier.

Mais le projet, dont les contours restent encore à tracer, a provoqué cacophonie et embarras au sein même du gouvernement.

Vendredi, la ministre des Armées, Florence Parly, a ainsi déclaré que ce service national "n'aura probablement pas un caractère obligatoire, au sens où les gendarmes viendraient rechercher le réfractaire".

Deux jours plus tard, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est dit favorable à un service national "obligatoire". 

Lundi, le président de la commission de Défense de l'Assemblée nationale Jean-Jacques Bridey a lui pointé qu'on "ne peut pas le rendre obligatoire pour des adultes" pour des raisons juridiques, en évoquant la possibilité de "recours devant la Cour européenne des droits de l'Homme".

Au-delà de l'aspect obligatoire ou non de ce service, le projet de l'Elysée suscite également des doutes en raison de son coût (estimé entre deux et trois milliards d'euros par an) et des capacités d'accueil des armées, réduites depuis la suppression en 1997 du service militaire.

Un rapport parlementaire sur le sujet doit être présenté le 21 février. Le président Macron a quant à lui chargé un groupe de travail de rendre des conclusions en avril.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
81 commentaires - Vers un service national "obligatoire" en France
  • Obligatoire moi c'est hors de question. Je ne le ferais pas. Un point c'est tout.

  • super super si c'est vrai
    les stats du chomages vont baisser à une vitesse folle ,et les jeunes de double nationnalités devrons choisir ,pas de passe droit ,si tu es reformé ou tu ne veux pas faire ton service en france ,tu passes tranquilou tes 3 ou 6 mois dans ton deuxième pays,
    certaines statistiques vont faire très très plaisir à nos dirigeants
    surtout pas de dérogations ,sauf les jeunes femmes avec enfants ou enceintes
    bien vu monsieur le président

  • Ça fera comme NDDL , il ne le fera pas , il y aura peut-être juste une modification de la journée JDC actuelle (à laquelle on a enlevé le secourisme dispensé par le Croix Rouge -trop chère- !) Wait and see !

  • Service militaire de 1 mois pour apprendre quoi? A marcher au pas, ou à savoir faire son lit au carré! A apprendre à se soumettre au régime dictatorial en place ou à vivre en communauté multi confessions! Quel sera l'encadrement de ces futurs "militaires" car nos militaires de carrière déjà en sous-effectifs sont pris pour des missions extérieures de prestige et faire apprendre le maniement des armes de guerre en 1 mois n'est pas à la portée de n'importe qui. Quand on sait qu'un enseignant, après deux ans de formation spécifique, n'est pas capable de faire apprendre à lire et à écrire à nos petits français en primaire, on se demande qui pourra réussir à déjà intéresser les conscrits et surtout à leur faire assimiler cette formation en un mois. Méthode imparable pour la réussite, les faire côtoyer nos professionnels sur les champs de bataille en Afrique ou au M.O., là l'instinct de conservation sera le meilleur professeur pour utiliser efficacement une arme...Sinon , c'est de l'argent jeté par la fenêtre, argent qui devrait plutôt être rendu aux retraités que le "chef" est en train de spolier pour pouvoir tenir ses promesses...

  • Utopie dispendieuse ,espérons qu'elle. ne sera pas une charge supplémentaire ou un danger pour nos armées

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]