Variants : quelles sont les régions les plus touchées ?

Variants : quelles sont les régions les plus touchées ?
Des tests PCR réalisés à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, le 31 août 2020.

, publié le samedi 13 février 2021 à 08h31

Selon les résultats des laboratoires Biogroup, les régions Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Centre-Val de Loire sont les plus touchées par le variant britannique et celle du Grand-Est par les variants sud-africain et brésilien.

Si les chiffres semblent confirmer jour après jour que la circulation du Covid-19 n'explose pas en France, les cas de variants se multiplient. Selon le ministre de la Santé Olivier Véran, le variant britannique représenterait désormais entre un cas sur cinq et un cas sur quatre en métropole.

Quant aux variants sud-africain et brésilien, leur proportion serait de 4 à 5%, mais avec une répartition "très hétérogène".




Selon les résultats des laboratoires Biogroup, qui réalise 25% des tests PCR en France, dévoilés vendredi 12 février, les régions Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Centre-Val de Loire sont les plus touchées par le variant britannique et celle du Grand-Est par les variants sud-africain et brésilien, rapporte BFMTV

Entre le 1er et le 7 février 2021, 306.000 tests PCR ont été réalisés dans les 712 laboratoires du groupe et parmi eux 22.545 se sont avérés positifs. Le variant britannique a été détecté au sein des tests de 3.360 patients et les variants sud-africain et brésilien chez 313 personnes.

Dans le détail, le variant britannique a été en majorité retrouvé dans les Yvelines (53,9% des tests), le Val-de-Marne (45,9%), les Hauts-de-Seine (45,1%), les Alpes-de-Haute-Provence (46,2%), le Var (35,7%), les Alpes-Maritimes (32,3%), le Loire Atlantique (33,5%), l'Indre (28,8%), l'Indre-et-Loire (28,8%), le Loir-et-Cher (28,8%) et l'Eure-et-Loir (28,8%).

"La progression du variant britannique notamment en Île-de-France suit les mêmes courbes de progression que dans les autres pays. Le variant est là, il sera bientôt le variant dominant", souligne le laboratoire. 



Concernant les variants sud-africain et brésilien, ils sont prédominants dans les Vosges (31,3% des tests), la Moselle (22,1%) et la Meurthe-et-Moselle (17,4%).



"Les chiffres obtenus en Lorraine pour le mutant SAB (Sud-africain et Brésilien, ndlr) posent de nombreuses interrogations. Comment cette région est-elle aussi touchée avec des prévalences de plus de 20% pour ces variants alors que la moyenne nationale tourne autour de 3-4% ?", souligne Biogroup.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.