Variant Delta : le ministère de la Santé appelle à "ne pas passer à côté" de la vaccination

Variant Delta : le ministère de la Santé appelle à "ne pas passer à côté" de la vaccination
(illustration)

publié le mardi 22 juin 2021 à 16h38

Il reste 5 millions de personnes de plus de 55 ans qui n'ont pas encore été vaccinées en France. De quoi provoquer l'inquiétude des autorités, alors que le variant Delta devient dominant dans le monde entier.

Le ministère de la Santé a appelé mardi 22 juin les Français prendre les 300.000 créneaux disponibles ces prochains jours pour des premières injections, et ainsi limiter la propagation du variant Delta.

"On a les doses, on a l'organisation, on ne peut pas passer à côté de cette chance", a indiqué une responsable du ministère lors d'un point presse hebdomadaire, en soulignant que "300.000 créneaux sont disponibles dans les trois prochains jours pour des primo-injections". "Impossible d'imaginer qu'ils ne soient pas remplis" alors que cela signifie pouvoir obtenir une deuxième dose d'ici à la mi-juillet, a-t-elle ajouté.

Reconnaissant un fléchissement des prises de rendez-vous de première dose, le ministère a jugé que cette inflexion n'était "pas de nature à remettre en question notre dynamique" qui se maintient à environ "4 millions d'injections par semaine".


Le ministère s'inquiète surtout de l'émergence du variant Delta (anciennement dit indien) qui est "en train de devenir dominant dans le monde".

"Il est présent dans 75 pays, progresse en Europe et est de façon nette responsable du rebond épidémique au Royaume-Uni", a-t-il relevé. Les données venant d'Outre-Manche en vie réelle indiquent, pour tous les vaccins, un "taux d'efficacité de 70% après la première dose et de 90% après la deuxième dose". Cela veut dire "une efficacité massive pour contenir les formes graves de l'épidémie", a souligné la même source.

Les autorités ont insisté sur la vaccination pour couper l'herbe sous le pied du variant Delta : "Ce n'est pas parce que l'entourage est vacciné et qu'on pense le faire soi-même au retour des vacances que c'est un choix judicieux".


Sur recommandation de la Haute autorité de santé (HAS), le ministère a aussi prôné une "stratégie de vaccination réactive". Elle consiste à vacciner massivement et localement quand un foyer apparaît, comme cela avait été fait en Bretagne il y a quelques mois, et plus récemment dans le quartier de Bacalan à Bordeaux.

Les nouveaux objectifs officiels sont d'avoir vacciné les trois quarts des adultes en première dose d'ici à la fin août et que les deux tiers soient complètement protégés. Se félicitant du chiffre "important" des adolescents primo-vaccinés (plus de 365.000, une semaine après l'ouverture à cette classe d'âge), le ministère a noté qu'il reste notamment "un réservoir de 5 millions de plus de 55 ans" ainsi qu'un bon nombre de personnes vulnérables ou ayant des comorbidités qui n'ont pas encore été vaccinés (65% alors que l'objectif est de 85% de couverture vaccinale). Pour y parvenir, le ministère compte sur une campagne de publicité en cours et des dispositifs comme "aller vers" (pour les précaires, les sans abris, la vaccination en bas des tours d'immeubles) ainsi que l'intensification de la vaccination dans les centres de soins (de dialyse ou pour diabétiques, entre autres).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.