Var : un deuxième cas de chikungunya détecté en moins d'une semaine

Var : un deuxième cas de chikungunya détecté en moins d'une semaine

Leurs lieux de résidence et les lieux qu'elles ont fréquentés ont été démoustiqués (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le mardi 15 août 2017 à 12h16

Trois jours après un premier cas de chikungunya repéré dans le département du Var, une nouvelle personne vient d'être atteinte par le virus transmis par le moustique tigre, révèle Var-Matin. Leur état de santé n'inspire aucune inquiétude.



Les deux personnes infectées vivent dans le même quartier, ce qui constitue un foyer localisé de circulation du virus.

Leurs lieux de résidence et les lieux qu'elles ont fréquentés ont donc été démoustiqués par précaution. L'objectif est d'éliminer les gîtes larvaires et les moustiques adultes, pour éviter tout risque de propagation du virus.

LA SURVEILLANCE RENFORCÉE

Compte tenu de la présence de ce foyer, le Var est officiellement placé, ce lundi, en niveau 3 du plan national de lutte contre le moustique tigre, informe l'Agence régionale de santé (ARS). Les actions de surveillance épidémiologique sont renforcées pour identifier les personnes qui pourraient être contaminées et prévenir la transmission du virus.

Le chikungunya est un virus qui se transmet à l'homme via la piqûre du moustique de type Aedes, aussi surnommé moustique tigre. Il "provoque chez les patients des douleurs articulaires aiguës qui peuvent être persistantes", prévient l'Institut Pasteur.

Les symptômes les plus fréquents se manifestent par l'apparition brutale de fièvre, de courbatures, de douleurs articulaires souvent invalidantes, de maux de tête, de nausées ou encore d'éruption cutanée. Dans certains cas, "les symptômes restent légers et l'infection passe inaperçue", souligne le site de l'Assurance maladie.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
13 commentaires - Var : un deuxième cas de chikungunya détecté en moins d'une semaine
  • Après les incendies...deuxième fléau dans le Sud !

  • Le moustique tigre est implanté depuis de nombreuses années sur le pourtour méditerranéen, c'est un moustique comme un autre mais quand il entre en contact avec du sang contaminé il devient vecteur du virus. Le véritable vecteur est l'être humain, une petite mise à l'abri des personnes contaminées en plus de la démoustication éviterait la propagation.

  • Les buis périssent c'est vrai à cause d'un insecte il faut arroser les buis avec de l'eau très froide!

    c'est un papillon de nuit qui pond et les chenilles mangent toutes les feuilles on s'en aperçoit car cela fait des
    toiles blanches.....Le mien j'ai dû le couper entièrement et le brûler.... Je ne sais pas si il repoussera... On a
    toutes sortes d'ennemis qui nous viennent de l'étranger..... La coccinelle qui mange les nôtres, le frelon asiatique
    qui mangent nos abeilles....et maintenant les moustiques qui nous apportent les maladies.

  • C'est juste un tube de l'été deu regretté chanteur Carlos : "Tirlipimpon sur le chikungunya" !!!

  • Moustique tigre, frelon asiatique, maladies des plantes et des arbres victimes de chenilles et papillons étrangers dont les buis sont les dernières victimes avec l'arrivée de la pirale, Toutes ces catastrophes nous arrivent faute de contrôles sanitaires suffisamment sévères et notamment avec l'arrivée sans grandes investigations des containers venus d'Asie notamment.Or il est plus difficile de lutter que de filtrer. WLADIM

    vous avez tout à fait raison, la liste est longue....Nos palmiers périssent....Et les oliviers aussi sont attaqués.