Val-de-Marne : des lycées délocalisés à cause de l'amiante

Val-de-Marne : des lycées délocalisés à cause de l'amiante
Une nouvelle expertise sera menée dans les prochains jours pour vérifier le taux d'amiante (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le samedi 20 janvier 2018 à 11h20

Les 900 élèves du lycée Georges Brassens à Villeneuve-sur-Roi (Val-de-Marne) vont devoir changer d'établissement en urgence. En cause ? La présence d'amiante dans leur lycée, a révélé France Bleu Paris ce vendredi 19 janvier.



Après près d'un mois sans cours, un conseil d'administration extraordinaire - tenu vendredi soir en présence d'élèves, du rectorat, de la région et de l'Agence régionale de santé (ARS) - a décidé de transférer les élèves au collège Gustave Monod à Vitry-sur-Seine. Mais un problème de taille se pose déjà : pour des raisons de sécurité, ce dernier ne peut recevoir que 700 élèves. Seul le maire (LR) de Villeneuve-sur-Roi, Didier Gonzales, s'y est opposé, selon Le Parisien. L'élu estime que l'air dans le lycée est "pur" et ne représente pas de danger pour la santé.

Le rectorat s'est aussi engagé à organiser les transports pour les élèves et les professeurs suivront dès lundi une formation pour donner des cours virtuels aux lycéens. Quant à la reconstruction du lycée, les travaux devraient être aussi avancés. Enfin dès l'automne prochain, des bâtiments préfabriqués seront installés sur le site durant la période de travaux. "On a perdu deux mois mais on avance enfin", a réagi auprès du Parisien Frédérick Genevée, professeur d'histoire-géographie.



Début décembre, un taux très élevé d'amiante avait été découvert dans une salle informatique, poussant les enseignants à exercer leur droit de retrait. Pressée par l'ARS, la région Île-de-France a accepté de faire réaliser dans les prochains jours une nouvelle expertise sur la présence ou non d'amiante dans l'air. Certains lycéens avaient déjà commencé à contacter des communes du Val-de-Marne pour trouver des salles de classes disponibles pour pouvoir étudier.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU