Vague de froid : qu'est-ce que le "Moscou-Paris" qui va s'abattre sur la France ?

Vague de froid : qu'est-ce que le "Moscou-Paris" qui va s'abattre sur la France ?
Strasbourg enneigée le 10 janvier 2017.

Orange avec AFP, publié le vendredi 23 février 2018 à 08h48

Lundi 26 février, une vague de froid glacial frappera la France. Son nom ? Le "Moscou-Paris".



Si les températures ont commencé à chuter jeudi, cet axe du froid frappera de plein fouet l'Hexagone, et l'ensemble de l'Europe occidentale, dans la nuit de dimanche à lundi. Ce couloir du froid, large de centaines de kilomètres, est emmené par des vents d'est-nord-est, venus de Sibérie, une bise glaciale qui renforcera cette sensation de froid, détaille Météo France. Les températures ressenties oscilleront entre -15 et -20 degrés en Ile-de-France, parfois jusqu'à -25 dans les Alpes. Les maximales auront du mal à passer au-dessus de zéro dans plusieurs régions de France. La journée de mardi devrait être la plus froide de cette séquence hivernale remarquable.



En cause, l'action conjointe d'une masse anti-cyclonique sur le nord de l'Europe et les basses pressions qui touchent actuellement la Méditerranée : les conditions sont réunies pour permettre l'apparition du couloir de froid, le "Moscou-Paris". Même s'il ne réchauffera pas l'atmosphère, le soleil devrait par contre briller un peu partout en France.



Ce ne sont pourtant pas les températures glaciales qui rendent cet épisode hivernal si exceptionnel, mais le fait qu'il intervienne si tardivement dans la saison. Ce type de vague de froid sévit habituellement entre la mi-décembre et la mi-février. Selon LCI, il s'agit de la vague de froid la plus tardive depuis le mois de mars 1971. Et toujours selon la chaîne d'information, cet épisode sera le plus glacial depuis février 2012.

Selon Météo France, le froid pourrait s'installer sur certaines régions de France jusqu'au début du mois de mars. Seul le Sud-Est, et plus particulièrement la Corse, sera épargné avec une météo plus maussade, mais des températures plus élevées.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU