Vaccins : un Français sur quatre est contre

Vaccins : un Français sur quatre est contre
Un pharmacien prépare une seringue de vaccin contre la grippe, le 6 octobre 2017 à Bordeaux

Orange avec AFP, publié le mercredi 18 octobre 2017 à 11h00

Au fil des ans, la confiance s'effrite. Si la population française se fait vacciner en grande majorité, de plus en plus de citoyens éprouvent une réticence face aux injections, pour leurs enfants comme pour eux-mêmes.



La confiance dans les vaccins recule doucement mais sûrement. C'est le constat que dresse le Baromètre Santé 2016, qui paraîtra jeudi 19 octobre. Depuis une vingtaine d'années, l'adhésion à la vaccination va en diminuant : l'an dernier, 75% des Français y étaient favorables, contre 90% en 2000 et 2005. La baisse avait déjà été amorcée en 2014, avec seulement 78,8% d'avis favorables. À l'heure actuelle, un Français sur quatre se dit contre un ou plusieurs vaccins.



GRIPPE, LE VACCIN DE LA DISCORDE

La vaccination contre la grippe saisonnière est celle qui recueille le moins d'avis favorables. Les Français s'en méfient en priorité, devant la vaccination contre l'hépatite B et celle contre les infections à papillomavirus, qui peuvent notamment entraîner le cancer du col de l'utérus. "Les réticences concernent très peu les vaccinations pour nourrissons, mise à part celle contre l'hépatite B qui cristallise encore des réticences", explique Christine Jestin, médecin pour l'agence sanitaire Santé publique France, à l'origine de l'étude.

Selon l'enquête, la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (vaccin ROR), le BCG et la vaccination contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) suscitent peu d'avis défavorables (inférieurs à 2%). À noter que les personnes ont été interrogées avant l'annonce de l'extension de l'obligation vaccinale aux onze vaccins administrés à la plupart des enfants.

Dans l'ensemble, la population reste largement favorable à la vaccination puisque 75% des Français (trois sur quatre) sont pour. Seulement 2,4% de la population interrogée est défavorable à la totalité des vaccins, un taux stable depuis 2010.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.