Vaccins Covid-19 : AstraZeneca annonce de nouveaux retards pour l'Europe

Vaccins Covid-19 : AstraZeneca annonce de nouveaux retards pour l'Europe
(illustration)

, publié le mercredi 24 février 2021 à 10h55

La question des livraisons du laboratoire britannique à l'Union européenne fait l'objet de controverses récurrentes, sur fond d'accusations de traitement préférentiel réservé au Royaume-Uni.

Le géant pharmaceutique AstraZeneca a reconnu de nouvelles difficultés de production en Europe pour les doses promises à l'Union européenne, indiquant qu'il devrait avoir recours à des sites étrangers pour tenir ses promesses de livraison à l'UE au deuxième semestre.

AstraZeneca "travaille à augmenter la productivité dans sa chaîne logistique dans l'UE", et va utiliser "sa capacité mondiale afin d'assurer la livraison de 180 millions de doses à l'UE au second semestre", a déclaré mardi 23 février un porte-parole du groupe britannico-suédois. "Environ la moitié du volume attendu doit provenir de la chaîne logistique dans l'UE", et le reste proviendra du réseau international de la firme, a précisé le porte-parole.

Cette annonce intervient après une controverse sur les livraisons du vaccin AstraZeneca-Oxford à l'Union européenne au premier trimestre 2021, qui a provoqué des tensions entre l'UE et le groupe pharmaceutique.

Un sommet européen extraordinaire se tiendra jeudi en visioconférence, consacré à notamment à la crise sanitaire.

A la veille de cette rencontre, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a cherché à faire preuve d'optimisme dans le conflit né avec AstraZeneca sur les retards de livraison de son vaccin. "Les fabricants de vaccins sont nos partenaires dans cette pandémie" et, si de nouvelles questions sont toujours à l'ordre du jour, "nous (les) résolvons généralement à l'amiable", a-t-elle déclaré mercredi dans une interview au quotidien régional allemand Augsburger Allgemeine. Elle pense "préférable de travailler avec les entreprises (...) à l'amélioration de la production mondiale" de vaccins, ajoute-t-elle.


Avant l'approbation du vaccin par l'UE à la fin janvier, le groupe anglo-suédois allié à l'université britannique d'Oxford a suscité la colère parmi les dirigeants européens en annonçant qu'il ne serait pas en mesure de tenir son objectif de livrer 400 millions de doses à l'Union en raison de l'insuffisance de ses moyens de production dans l'UE.

L'affaire a aussi causé une tension diplomatique avec la Grande-Bretagne, qui a définitivement quitté le bloc européen, Bruxelles accusant implicitement AstraZeneca de réserver un traitement préférentiel à la Grande-Bretagne au détriment de l'UE. Le gouvernement britannique a immunisé des millions de personnes avec le vaccin AstraZeneca à partir de la fin de 2020. Mais la compagnie n'a commencé à livrer l'UE qu'au début de février 2021, après que le régulateur européen des médicaments a pris son temps pour recommander son utilisation.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.