Vaccins contre le Covid-19 : jusqu'à 100.000 rendez-vous reportés à cause des retards de livraison

Vaccins contre le Covid-19 : jusqu'à 100.000 rendez-vous reportés à cause des retards de livraison
Photo d'illustration.

, publié le vendredi 29 janvier 2021 à 11h40

Les laboratoires Pfizer, AstraZeneca et Moderna ont livré moins de doses que prévu à la France cette semaine, ce qui conduit plusieurs régions à repousser les premières injections pour des dizaines de milliers de patients. 

Le gouvernement prévoit qu'en février, seulement un million de personnes recevront une première injection de vaccin anti-Covid, après plus de 1,4 million en janvier, soit un total d'environ 2,5 millions fin février. Cette prévision de vaccination est très inférieure au chiffre de 4 millions de personnes vaccinées fin février évoqué par le ministre de la Santé jeudi 21 janvier et encore ce mardi. En cause, des retards de livraison des trois laboratoires fournissant des vaccins à la France, Pfizer, AstraZeneca et Moderna. 

Un million de premières injections et 1,4 million de deuxièmes injections de vaccins Pfizer et Moderna (sont) prévues au mois de février", a précisé de son côté le ministère, qui fait état de la "baisse des approvisionnements" de ces deux laboratoires. 

Les rendez-vous pour se faire vacciner en février seront donc limités. Selon Franceinfo, "il n'y aura finalement que 400.000 nouveaux rendez-vous ouverts vendredi 29 janvier pour recevoir la première injection du vaccin contre le Covid-19, contre 500.000 annoncés en début de semaine par le ministre de la Santé".

Parmi les premières injections prévues en février, "600.000 correspondant à des rendez-vous d'ores et déjà pris, entre le 1er et le 14 février" et "400.000 correspondant à de nouveaux rendez-vous entre le 15 et le 28 février, qui seront ouverts d'ici la fin de la semaine", précise de son côté le ministère de la Santé dans un communiqué.


"Pas d'annulation", assure Olivier Véran 

Deuxième motif de ces reports de rendez-vous, "qui seront disponibles à partir du 15 février : la nécessité de sécuriser la deuxième dose. Il est recommandé de l'administrer à tous ceux qui ont reçu la première injection entre trois et quatre semaines après", souligne Franceinfo




"Il n'y a pas d'annulation, il y a des reports de primo-injection", a tempéré le ministre de la Santé Olivier Véran, vendredi sur BFMTV

15.000 à 20.000 rendez-vous décalés en Ile-de-France 

L'Ile-de-France, les Hauts-de-France et la Bourgogne-Franche-Comté ont annoncé jeudi le report de rendez-vous pour une première injection du vaccin contre le Covid-19, en raison de difficultés d'approvisionnement des doses Pfizer. "Afin de garantir l'administration de la seconde injection pour toutes les personnes ayant déjà reçu la première dose en janvier, l'ensemble des rendez-vous de primo vaccination (1ère injection) prévus jusqu'au mardi 2 février inclus seront déprogrammés et immédiatement reprogrammés à partir de la première semaine de mars", écrit l'Agence régionale de Santé (ARS) des Hauts-de-France dans un communiqué. 

Son homologue en Bourgogne-Franche-Comté avertit, quant à elle, que "certains rendez-vous pris en février pour une première injection sont susceptibles d'être reportés de quelques jours ou semaines". "Aucun rendez-vous ne sera annulé", assure l'agence dans un communiqué. L'ARS Ile-de-France prévoit pour sa part "le décalage de 15.000 à 20.000 rendez-vous" fixés la semaine du 8 février, qui seront reprogrammés "dans les 15 jours suivants au maximum", donc avant la fin du mois.

Retards chez Pfizer 

Cela doit permettre d'"assurer l'intégralité" des quelque 200.000 deuxièmes injections attendues en février, tout en maintenant "un rythme soutenu" pour les premières doses, avec 127.000 inoculations. Des chiffres avancés "sous réserve de la confirmation définitive des volumes par les fabricants".

Selon l'ARS bourguignonne, cette "nouvelle régulation" des rendez-vous est due à une "baisse des approvisionnements en vaccins Pfizer, intervenue cette semaine et qui se prolongera en février". Son directeur général, Pierre Pribile, a indiqué à l'AFP que le nombre de doses Pfizer attendues cette semaine est inférieur de "20 à 25%" à ce qui était prévu.

Malgré les retards, la Bourgogne-Franche-Comté reste la région la plus vaccinée

L'agence promet cependant de "maintenir une dynamique de vaccination élevée", grâce à "une nouvelle réception de plus de 20.000 doses" du vaccin Moderna, attribuées préférentiellement aux régions de l'Est et du Sud-Est. Avec 2,61% de sa population ayant reçu au moins une dose, contre une moyenne nationale de 1,63% (au 26 janvier), la Bourgogne-Franche-Comté est la région la plus vaccinée de France métropolitaine.

L'ARS des Hauts-de-France indique pour sa part que le nombre de doses allouées à la région pour le mois de février s'élève à 126.360, contre 129.515 au mois de janvier. Elle souligne toutefois que "plus de 15 % de la population prioritaire a déjà pu bénéficier de la première injection du vaccin" dans la région.

60% des doses en retard pour AstraZeneca 

La semaine dernière déjà, de nombreux rendez-vous avaient dû être déprogrammés dans plusieurs régions en raison d'un manque de doses et, selon le ministre de la Santé, d'un phénomène de "surbooking" dans certains centres.

Quant au vaccin d'AstraZeneca, le laboratoire pourrait livrer 60% de doses en moins que ce qui était prévu, selon Le Parisien. L'entreprise britannique est au coeur de tensions avec l'Union européenne justement à cause du retard dans le calendrier de livraisons de vaccins.

150.000 doses en moins du vaccin Moderna 

Selon AstraZeneca, la production des vaccins dans les usines britanniques est réservée au Royaume-Uni en vertu de l'accord conclu avec Londres, trois mois avant le contrat signé avec l'UE. Ce que conteste Bruxelles. L'UE réclame ainsi à AstraZeneca de lui livrer comme convenu des vaccins contre le Covid-19 produits dans deux usines britanniques, alors que le groupe prévoit désormais de ne fournir au premier trimestre qu'"un quart" des doses promises. 

Enfin, selon les informations de Franceinfo, il y a aussi des retards de livraison pour les doses de vaccin Moderna. Le laboratoire prévoit de livrer un quart de doses en moins à la France, "soit 150.000 doses qui n'arriveront pas dans les congélateurs en février".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.