Vaccination dans les entreprises : les médecins du travail pourront recourir aux vaccins Pfizer ou Moderna

Vaccination dans les entreprises : les médecins du travail pourront recourir aux vaccins Pfizer ou Moderna
Entretien pré-vaccination en Corse, en avril 2021.

publié le mercredi 05 mai 2021 à 18h30

Une expérimentation est lancée avec une vingtaine de services de santé au travail pour commencer, a annoncé la ministre du Travail. Objectif : accélérer la vaccination des salariés. 

Pour augmenter la vaccination des salariés contre le Covid-19, les médecins du travail vont recevoir 100.000 doses de vaccins AstraZeneca supplémentaires en mai et pourront recourir aux vaccins Pfizer ou Moderna, a annoncé mercredi 5 mai la ministre du Travail Elisabeth Borne lors d'un déplacement à Magny-les-Hameaux (Yvelines). L'approvisionnement des services de santé au travail (SST) pourra en outre se faire par un circuit plus direct, avec des livraisons, au lieu de devoir aller chercher les doses en pharmacie.



Jusqu'à présent, les entreprises vaccinaient les salariés de plus de 55 ans uniquement avec l'AstraZeneca. Mais avec l'ouverture de la vaccination à tous les Français de plus de 18 ans ayant une comorbidité et celle à venir à tous les plus de 50 ans, ce qui représente "près de 5 millions de salariés" selon le ministère du Travail, les SST vont avoir besoin d'utiliser d'autres vaccins, ces publics ne pouvant recevoir l'AstraZeneca, réservé aux plus de 55 ans. 

Pour préparer l'accélération de la campagne de vaccination dans les entreprises, "nous lançons l'expérimentation avec plus d'une vingtaine de services de santé au travail pilotes, qui disposent du matériel nécessaire pour la conservation des vaccins Pfizer ou Moderna. Plusieurs SST de grandes entreprises nous ont déjà dit qu'ils étaient volontaires", a indiqué Elisabeth Borne. L'objectif "est de monter en puissance en vue de l'ouverture du vaccin à la population générale à partir du 15 juin", a-t-elle souligné.

Hors de la vaccination des soignants, 63.000 injections ont été réalisées à ce jour au sein des services de santé au travail auprès de salariés volontaires et éligibles, selon le ministère. Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux et le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger ont jugé lundi ce bilan décevant et appelé "à une très forte accélération" de la campagne de vaccination, dans un déplacement commun au Centre médical interentreprises Europe (CMIE).

La présidente du CMIE Claudine Sulitzer avait notamment regretté que chaque médecin du centre n'avait droit qu'à un flacon de dix doses de vaccin AstraZeneca par semaine, et devait en faire individuellement la demande, alors que les vaccinodromes peuvent avoir des "livraisons groupées". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.