Vaccination contre le Covid-19 : vers une troisième dose pour les "65 ans et plus" dès septembre, annonce Olivier Véran

Vaccination contre le Covid-19 : vers une troisième dose pour les "65 ans et plus" dès septembre, annonce Olivier Véran©LUDOVIC MARIN / AFP

publié le lundi 23 août 2021 à 19h30

Cette décision dépend encore d'un avis de la Haute autorité de santé. Le ministre de la Santé a indiqué que la troisième dose ne sera pas une obligation mais "une incitation forte".

Emmanuel Macron l'avait évoquée lors de son allocution du mois de juillet, Olivier Véran est venue la préciser : la troisième injection du vaccin est bel et bien en marche et devrait être proposée "début septembre", sous réserve de l'avis de la Haute autorité de santé, a annoncé le ministre de la Santé sur BFMTV, lundi 23 août. 


"La troisième dose c'est de se dire qu'une fois que vous avez eu deux doses, vous êtes protégés, a expliqué Olivier Véran.

Mais la protection conférée par le vaccin peut diminuer au fil du temps, au fil des mois. Il faut proposer une troisième injection à celles et ceux qui sont les plus fragiles."

Si l'avis de la HAS devra préciser quels sont ces publics, le ministre en a esquissé des contours assez précis. "Je postule qu'elle nous dira probablement de faire une troisième injection chez toutes les personnes âgées de 65 ans et plus."

Devraient aussi être concernées, les personnes plus jeunes "atteintes de maladies chroniques et qui sont très fragiles". D'une manière générale, cet appel à se faire injecter une troisième dose du vaccin devrait concerner "les personnes traditionnellement appelées à se faire vacciner contre la grippe".

Démarrage en septembre

Si Olivier Véran a assuré que cette troisième dose du vaccin ne serait "pas une obligation", il a évoqué une "incitation forte". Le calendrier devrait d'ailleurs s'accélérer avec la rentrée. "J'ai demandé à mes équipes et à mes services de mettre en place de programme de troisième dose pour toutes celles et ceux qui en relèvent. (...) On pourrait démarrer début septembre."

Le ministre de la Santé a néanmoins appelé les Français concernés à ne pas aller trop vite vers les centres de vaccination. Le délai entre la deuxième et la troisième injection devra être "d'au moins six mois. Que les Français ne se précipitent pas."
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.