Vaccin Moderna : l'EMA ne se prononcera finalement pas ce lundi sur l'autorisation

Vaccin Moderna : l'EMA ne se prononcera finalement pas ce lundi sur l'autorisation©JOSEPH PREZIOSO / AFP

publié le lundi 04 janvier 2021 à 21h05

"Les discussions de l'EMA sur le vaccin Moderna contre le Covid-19 ne seront pas terminées ce soir. Elles continueront mercredi", a indiqué l'Agence européenne des médicaments ce lundi 4 janvier dans un communiqué.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) ne se prononcera finalement pas ce lundi 4 janvier sur l'autorisation du vaccin Moderna contre le coronavirus, a-t-elle annoncé, avant d'ajouter que ses discussions reprendront plus tard dans la semaine.

"Les discussions de l'EMA sur le vaccin Moderna contre le Covid-19 ne seront pas terminées ce soir.

Elles continueront mercredi", a indiqué le régulateur européen, basé à Amsterdam, dans un communiqué en début de soirée.


L'EMA avait avancé du 12 janvier à mercredi, puis de mercredi à lundi une réunion de son Comité des médicaments à usage humain (CHMP), laissant entrevoir la possibilité d'une décision dans la journée, sous pression des pays européens pour autoriser le Moderna dès que possible.

Un peu plus tôt dans la journée, le régulateur européen basé à Amsterdam assurait dans un communiqué : "Il y a aujourd'hui une réunion du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'EMA pour discuter du vaccin Moderna".

Le vaccin Pfizer/BioNTech, seul vaccin autorisé en Europe pour le moment

Le vaccin contre le Covid-19 Pfizer/BioNTech a été autorisé par l'EMA le 21 décembre, pour lequel la Commission européenne a aussitôt donné son feu vert. Il reste à ce jour le seul vaccin autorisé en Europe.

Elle doit désormais se prononcer sur celui de Moderna. Celui-ci se prend en deux doses, à quelques semaines d'intervalle, comme le vaccin Pfizer/BioNTech. Mais la formule de Moderna peut être conservée à -20°C, et non -70°C comme pour le remède de Pfizer, qui a forcé le groupe à développer des containers spécifiques pour le transport.

L'Agence américaine des médicaments (FDA) avait annoncé le 18 décembre qu'elle avait accordé à ce laboratoire américain une autorisation d'urgence, une semaine après en avoir fait de même avec celui de Pfizer et BioNTech. Malgré des vaccinations lancées le 27 décembre dans plusieurs pays d'Europe avec le vaccin Pfizer-BioNTech, ces campagnes avancent plus lentement qu'aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne ou en Israël. "Il est évident qu'un effort aussi complexe rencontre toujours des difficultés", a prévenu un porte-parole de la Commission européenne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.