Vaccin : la France suspend l'utilisation d'AstraZeneca pour 24h, annonce Emmanuel Macron

Vaccin : la France suspend l'utilisation d'AstraZeneca pour 24h, annonce Emmanuel Macron©Fred TANNEAU / AFP

, publié le lundi 15 mars 2021 à 16h50

Emmanuel Macron a annoncé ce lundi 15 mars la suspension "par prévention" de l'utilisation du vaccin AstraZeneca en France jusqu'à mardi après-midi.

En déplacement à Montauban (Tarn et Garonne) ce lundi 15 mars, Emmanuel Macron a annoncé la suspension temporaire de l'utilisation du vaccin AstraZeneca en France jusqu'à mardi après-midi, dans l'attente d'un avis européen.


"L'EMA (European Medicines Agency, agence européenne des médicaments, ndlr) rendra demain après-midi un avis sur le recours à ce vaccin. Sur la recommandation du ministre de la Santé, en lien avec les autorités sanitaires françaises, la décision qui a été prise - en conformité aussi avec notre politique européenne -, c'est de suspendre par précaution la vaccination avec AstraZeneca en espérant la reprendre vite, si l'avis de l'EMA le permet", a déclaré le président de la République.

"Là aussi, nous avons un guide simple : être éclairé par la science et les autorités sanitaires compétentes, et le faire dans le cadre d'une stratégie européenne.

Donc nous suspendons jusqu'à demain après-midi", a complété Emmanuel Macron.



Suspension d'AstraZeneca dans d'autres pays d'Europe

Une décision qui fait suite à celle de l'Allemagne, qui suspend également ce lundi la vaccination avec AstraZeneca après le signalement d'effets secondaires.

En France, dans les Bouches-du-Rhône, les sapeurs-pompiers avaient déjà suspendu la vaccination de leur personnel avec le vaccin du groupe pharmaceutique anglo-suédois, après la survenue d'effets indésirables chez un pompier.

"Par mesure de précaution, nous avons suspendu la deuxième injection du vaccin AstraZeneca", a indiqué ce lundi une porte-parole du Service départemental d'incendie et de secours (Sdis) à l'AFP.

L'Autriche avait lancé le mouvement le 8 mars en suspendant un lot de vaccins après la mort d'une infirmière qui venait de recevoir une dose d'AstraZeneca. La femme de 49 ans est décédée à cause d'une mauvaise coagulation sanguine.

Ensuite, d'autres pays, dont l'Italie, ont suspendu des lots isolés. Plusieurs pays scandinaves - Danemark, Norvège, Islande - sont allés plus loin en suspendant tous les vaccins AstraZeneca, suivis dimanche par les Pays-Bas.

Un vaccin "sûr"

Le vaccin AstraZeneca est développé par le groupe pharmaceutique suédo-britannique avec l'université d'Oxford. Ce dernier a assuré ce lundi que le vaccin est "sûr", par la voix du professeur Andrew Pollard, directeur du Oxford Vaccine Group, à la BBC.

Il y a "des preuves très rassurantes qu'il n'y a pas d'augmentation du phénomène de caillot sanguin ici au Royaume-Uni, où la plupart des doses en Europe ont été administrées jusqu'à présent" a-t-il ainsi déclaré.

Dans un communiqué publié dimanche, AstraZeneca a indiqué qu'un "examen attentif de toutes les données de sécurité disponibles sur plus de 17 millions de personnes vaccinées dans l'Union européenne et au Royaume-Uni" avec son vaccin "n'a apporté aucune preuve d'un risque accru d'embolie pulmonaire, thrombose veineuse profonde (TVP) ou de thrombocytopénie dans aucun groupe d'âge, de genre, de lot ou de pays particulier".

"Environ 17 millions de personnes dans l'Union européenne et au Royaume-Uni ont maintenant reçu notre vaccin, et le nombre de cas de caillots sanguins signalés dans ce groupe est inférieur aux centaines de cas auxquels on pourrait s'attendre dans la population générale", a comparé le Dr Ann Taylor, médecin chef, dans ce communiqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.