Vaccin anti-covid : la France a reçu moins de doses que prévu, mais pourquoi ?

Vaccin anti-covid : la France a reçu moins de doses que prévu, mais pourquoi ?©Panoramic
A lire aussi

publié le mardi 05 janvier 2021 à 19h09

Au 31 décembre, la France avait reçu 520 000 doses de vaccin contre le coronavirus, rapporte Matignon. Comme souligné par franceinfo, c'est bien loin des 1,1 million de doses initialement annoncées par Jean Castex.

Explications.

L'administration du vaccin contre le coronavirus est au cœur de l'actualité - et des polémiques - depuis plusieurs jours. Campagne de vaccination jugée trop lente par une partie de l'opposition et de l'opinion publique, changement de cap brutal dans la stratégie vaccinale annoncé par Olivier Véran... Le gouvernement est sous le feu des critiques dans cette étape clef de la sortie de crise sanitaire.


Alors que l'exécutif tente d'éteindre l'incendie, plusieurs éléments relayés ce mardi 5 janvier par franceinfo permettent de mieux comprendre la situation. Au 31 décembre, la France n'avait reçu que 520 000 doses du vaccin Pfizer, soit, comme le soulignent nos confrères, la moitié de ce qui avait été annoncé par Jean Castex le 16 décembre dernier. Devant l'Assemblée nationale, le Premier ministre avait affirmé que la France devait recevoir 1,1 million de doses du "premier vaccin" au "30 décembre".

Conséquence d'une décision de la Commission européenne

La première livraison a donc été divisée par deux, conséquence, selon un communiqué du ministère de la Santé relayé par franceinfo, d'une décision de la Commission européenne. D'après le ministère, cette dernière a décidé "de plafonner les livraisons par pays (de l'Union européenne) à 520 000 doses par semaine, afin de faciliter la logistique et d'assurer un traitement équitable entre tous les pays". Selon Matignon, cela explique pourquoi les livraisons prévues de vaccins ont été modifiées au dernier moment.

Franceinfo relate que la France doit désormais recevoir 500 000 nouvelles doses chaque semaine jusqu'à la fin du mois de janvier. L'objectif : atteindre un total de 2,6 millions de doses au 1er février. Ces chiffres "pourront naturellement évoluer au fil du temps", dixit le ministère de la Santé, notamment si le candidat vaccin Moderna est approuvé par l'Agence européenne du médicament. D'ici la fin du mois de février, au total, le ministère espère pouvoir compter cinq millions de vaccins.

Olivier Véran veut accélérer la campagne de vaccination

 Ce mardi, un peu plus tôt dans la journée, le ministre de la Santé Olivier Véran avait révélé au micro de RTL vouloir "amplifier, accélérer, simplifier" la stratégie vaccinale de l'Hexagone. En clair, en réponse aux critiques sur la lenteur de la vaccination, l'exécutif veut aller plus vite. L'administration du vaccin va être élargie aux pompiers et aux aides à domicile de 50 ans ou plus. Toujours sur RTL, le ministre de la Santé a annoncé vouloir préparer la vaccination d'un large public. "Nous voulons ouvrir dans les prochains jours une inscription possible pour les Français qui le souhaitent par Internet, par téléphone sans doute, et pourquoi pas par l'application 'TousAntiCovid'", a-t-il annoncé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.