Universités : le coût pharaonique des blocages

Universités : le coût pharaonique des blocages©Wochit

6Medias, publié le vendredi 01 juin 2018 à 19h27

Après plusieurs mois de blocage, le coût des dégradations dans les universités françaises devrait atteindre plusieurs millions d'euros, selon Capital.

Rennes 2, Tolbiac, Toulouse... autant d'universités bloquées pendant plusieurs mois.

Si les blocages sont aujourd'hui terminés, les semaines d'occupation dans les locaux ont laissé des traces. Comme le révèle Capital ce vendredi 1er mai, la facture devrait en effet s'élever à 2,4 millions d'euros au minimum. Rien qu'à Grenoble, les dégradations pourraient coûter "un million d'euros." "Les murs et les sols sont à poncer et à repeindre, les fenêtres et le matériel informatique sont à changer, ainsi que la quasi-totalité du mobilier...", indique à Capital Patrick Levy, le président de l'établissement. En avril, la ministre de l'Enseignement supérieur avait donné une première estimation. Une estimation bien loin de la réalité.



A l'Université Rennes 2, occupée pendant quatre mois, les coûts des dégradations pourraient dépasser les 500.000 euros. "Ce qui a fait monter l'ardoise, c'est le saccage des ateliers techniques du bâtiment L, le 17 mai", explique à Ouest France Olivier David, président de la faculté. A l'Université du Mirail Jean-Jaurès de Toulouse, les premiers devis approchent les 430.000 euros tandis qu'à Tolbiac, la facture devrait atteindre plusieurs centaines de milliers d'euros. Si les étudiants grévistes contestent ces estimations, le coût des réparations sera assumé par les contribuables.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.