Unesco : les savoir-faire de la parfumerie de Grasse inscrits au patrimoine immatériel de l'Humanité

Unesco : les savoir-faire de la parfumerie de Grasse inscrits au patrimoine immatériel de l'Humanité
Des fleurs de jasmin cueillies pour être transformées en parfum, à Grasse (illustration)

, publié le mercredi 28 novembre 2018 à 16h36

La ville comptait sur cette inscription pour mieux protéger ses champs de tubéreuses ou de jasmins.

Après dix ans de procédures, l'art de la parfumerie grassoise a enfin été reconnu par l'Unesco qui a officiellement inscrit les savoir-faire liés au parfum de Grasse sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Humanité mercredi 28 novembre.



Ces savoir-faire recouvrent trois aspects différents, détaille l'Unesco dans un communiqué : "la culture de la plante à parfum, la connaissance des matières premières et leur transformation et l'art de composer le parfum".

Un savoir-faire développé depuis le XVIe siècle

La ville de Grasse, berceau de la parfumerie mondiale, comptait sur cette inscription pour mieux protéger ses champs de tubéreuses ou de jasmins. Depuis 70 ans, ils sont mis à mal par la pression foncière, la montée des produits synthétiques et la concurrence d'autres centres producteurs.

Le label Unesco devrait favoriser la possibilité de bloquer des terrains au service des jeunes agriculteurs et encourager des sociétés de parfumerie à signer des contrats à long terme pour garantir aux horticulteurs de pouvoir vivre de leurs récoltes.

La parfumerie s'est développée à Grasse à partir du XVIe siècle, autour de ses tanneries qui réclamaient des matières premières aromatiques pour apprêter les peaux et parfumer les gants.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.