Une troisième femme se dit victime de Tariq Ramadan

Une troisième femme se dit victime de Tariq Ramadan
Elle avait contacté l'intellectuel pour des conseils juridiques (photo d'illustration).
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 28 octobre 2017 à 13h47

Deux jeunes femmes ont déjà déposé plainte pour viol contre l'islamologue.

Une troisième femme pourrait être victime des agissements de l'islamologue et théologien suisse, Tariq Ramadan, révèle Le Parisien, samedi 28 octobre. Elle a elle-même contacté le quotidien pour témoigner, il y a trois ans déjà.



Tariq Ramadan, petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans, âgé de 55 ans, est professeur d'études islamiques contemporaines à l'université d'Oxford (Grande-Bretagne).

Celle qui se dit victime de l'intellectuel est entrée en contact avec lui en 2013 pour "des conseils juridiques".

"Au début il me donnait des conseils religieux, et puis un jour il a réclamé ma photo. Il voulait savoir à quoi ressemblait celle avec laquelle il échangeait. Il m'a trouvée mignonne", se souvient-elle.

"IL DISAIT QU'IL AVAIT DES CHOSES COMPROMETTANTES SUR MOI"

Mais "à partir de là tout a dérapé, entre nous, c'est devenu pornographique", raconte la jeune femme. Lorsqu'elle tente d'y mettre un terme, Tariq Ramadan la menace.

"Il disait qu'il avait des choses compromettantes sur moi", dénonce encore la victime présumée qui estime que l'intellectuel "s'est servi de son aura dans la communauté pour abuser de faiblesses".

Une femme de 42 ans a déposé plainte, jeudi 26 octobre, contre l'islamologue suisse, dénonçant des faits commis en 2009. La plainte intervient trois jours après l'ouverture d'une enquête sur des accusations similaires portées contre lui. La troisième victime présumée, elle, réfléchit à porter plainte, par peur que "cette affaire entache relation avec compagnon".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.