Une star de jeu télévisé français envoyée en prison

Une star de jeu télévisé français envoyée en prison©Panoramic

6Medias, publié le mercredi 27 mars 2019 à 18h49

Christian Quesada, recordman du jeu "Les 12 coups de midi", aurait été placé en détention pour "détention et diffusion d'images pédopornographiques", révèle RTL.

Il est un champion hors normes, il détient le record de gains pour un jeu de télévision. Christian Quesada, devenu célèbre après avoir amassé quelque 800 000 euros de gains lors de sa participation au jeu "Les 12 coups de midi" sur TF1, aurait été placé en détention provisoire après avoir été mis en examen mercredi 27 mars, dévoile RTL.

Selon cette information, Christian Quesada serait accusé de "détention et diffusion d'images pédopornographiques".

RTL précise également que l'homme aux 193 apparitions dans le jeu de la mi-journée de TF1 aurait reconnu les faits en garde à vue, et à la suite des deux jours de perquisitions menées à son domicile dans l'Ain. Les enquêteurs y auraient trouvé des milliers d'images et vidéos sur ses ordinateurs. Des contenus qu'il aurait diffusés sur des réseaux.

L'enquête ne ferait que commencer

Tout aurait commencé il y a un an et demi, lorsqu'une jeune fille dénonce Christian Quesada pour tentative de corruption de mineur, révèle la radio. Si Christian Quesada devrait dormir en prison, l'affaire ne ferait que commencer. En effet, une information judiciaire aurait été ouverte et un juge d'instruction nommé afin de mener les investigations. Le but serait de pousser plus loin l'analyse des données contenues sur les ordinateurs saisis.

La justice espèrerait pouvoir remonter la piste dans l'espoir de tomber sur les noms de délinquants sexuels potentiels. Après avoir vécu dans la rue, Christian Quesada avait connu une aventure inédite en occupant la place de "maître de midi" dans l'émission présentée par Jean-Luc Reichmann. Une histoire qui avait même amené des producteurs de cinéma à envisager d'adapter à l'écran la vie du champion.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.