Une quatrième vague de chaleur va s'installer en France la semaine prochaine

Une quatrième vague de chaleur va s'installer en France la semaine prochaine
Une quatrième vague de chaleur est attendue la semaine prochaine

publié le vendredi 05 août 2022 à 11h32

Alors que la canicule s'abat actuellement sur l'est du pays, le retour de fortes températures est attendu dès la semaine prochaine dans l'Hexagone, surtout dans le sud et l'ouest du pays. 

Nouvelle alerte concernant les températures. Alors qu'une partie du pays, notamment l'est, est toujours frappée par de fortes chaleurs vendredi 5 août, le mercure devrait encore grimper en France en début de semaine prochaine.

Une potentielle quatrième vague de chaleur depuis le début l'été se profile donc. Elle concernera notamment le sud et l'ouest du territoire.


Dès le début de la semaine prochaine, la présence d'un puissant anticyclone au large de la Grande-Bretgane, conjuguée à l'arrivée de dépressions orageuses en provenance du Portugal, va contribuer à faire remonter de l'air très chaud en France depuis le sud. Les températures vont ainsi progressivement monter dès lundi prochain, avec des températures estimées à 30 degrés dans la moitié nord, et allant jusqu'à 33 degrés au sud. Il fera 28 degrés à Paris, 32 degrés à Lyon et 33 degrés à Toulouse.

Un pic de chaleur prévu jeudi prochain

Le mercure va ensuite grimper jusqu'à au moins jeudi prochain, voire vendredi ou samedi, avec un risque de canicule à partir de jeudi, d'après La Chaîne Météo. La chaleur gagnera peu à peu le centre du pays, avec des températures autour de 34 à 35 degrés dans le sud et l'ouest. Il devrait faire 34 degrés à Nantes, 37 degrés à Bordeaux et 36 degrés à Toulouse. Mercredi, le mercure atteindra les 36 degrés à Poitiers, 34 degrés à Lyon et 38 degrés à Pau. 

Malgré quelques pluies attendues vendredi 5 août dans le quart sud-est du pays, elles seront plus rares dans les prochains jours. Ce qui laisse craindre une sécheresse qui persiste, alors que la Première ministre, Élisabeth Borne, a activé la cellule interministérielle de crise face à une "situation historique", le 5 août.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.