Une pétition en faveur de l'euthanasie signée par plus de 260.000 personnes

Une pétition en faveur de l'euthanasie signée par plus de 260.000 personnes

Une salle de soins à l'hôpital de Thann dans l'est de la France le 5 novembre 2016

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 02 mars 2018 à 10h41

Une pétition réclamant l'autorisation du suicide assisté et de l'euthanasie a été signée par 260.000 personnes, révèle vendredi Libération qui publie le texte de ce manifeste.  

"La sédation profonde et continue jusqu'à la mort (autorisée par la loi) est une avancée qui aujourd'hui n'est pas totalement satisfaisante", affirme la pétition. "Il faut, avec des critères stricts, autoriser le suicide assisté et l'euthanasie avec l'assistance de membres du corps médical et sous réserve que ceux-ci acceptent de pratiquer cet acte", réclame ce manifeste. 

Plusieurs personnalités figurent parmi les signataires, dont les écrivains Noëlle Chatelet et Olivier Adam, le médecin Etienne-Emile Beaulieu, Guy Bedos, le philosophe André-Comte Sponville, le journaliste Bruno Masure, Ariane Mnouchkine, et les actrices Mylène Demongeot et Marthe Villalonga. 

"Nous estimons que les soins palliatifs et l'accès à la sédation profonde et continue ne prennent pas totalement en compte de nombreux cas de personnes atteintes de maladies graves et terminales, qui ne peuvent plus être entièrement soulagées de cette manière ou qui ne veulent pas prolonger leurs souffrances physiques ou psychiques au delà d'une certaine limite, notamment les personnes atteintes de maladies neurodégénératives", expliquent les signataires. 

Dans une tribune publiée mercredi dans Le Monde, plus du quart des députés, pour la plupart de la majorité LREM-MoDem, ont demandé de légiférer en faveur de l'euthanasie en 2018 afin de "donner aux malades en fin de vie la libre disposition de leur corps".

"Le choix de la personne doit pouvoir être respecté, quand il est libre, éclairé, soumis à nulle contrainte ou dépression, exprimé de façon réitérée, et que des médecins ont confirmé l'impasse thérapeutique", disent ces députés. 

Ces initiatives interviennent après le lancement des Etats généraux de la bioéthique qui donnent lieu à des débats sur des sujets sensibles comme la PMA, la fin de vie ou l'intelligence artificielle.

Pilotés par le Comité consultatif national d'éthique (CCNE), ils  dureront jusqu'à l'été et doivent nourrir la prochaine loi bioéthique, attendue au Parlement à l'automne pour réviser celle de 2011.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
32 commentaires - Une pétition en faveur de l'euthanasie signée par plus de 260.000 personnes
  • Laissons déjà la dernière loi de 2016 être mise en place .
    260 000 personnes sur 68 000 000 ne représente qu'une infime partie de notre pays .
    Je sais que dans ce pays les minorités ont souvent des arguments très fort mais ne cèdons pas à toutes les chimères .
    Pour info et avant toutes critiques ,j'ai été confronter à la fin de vie d'un proche sa décision était claire et écrite sur son dossier .Il a juste fallu veiller à son application , mais l’hôpital a suivie .

  • Je suis révoltée de tous ces messages qui mélangent politique et fin de vie.

    Oui je suis pour , je ne comprends pas certains commentaires qui ça y est "on liquide si j'ose dire"

    je suis effarée , alors d'après la majorité des commentaires , je vais leur répondre
    .Ceux ci préfèrent ils que leur proche soit opéré sans espoir ? et reste sur la table d'opération ? je dis non pour ma pat
    .

    Quant aux soins palliatifs que je connais

    Bref , je ne PENSE PAS DU TOUT , que sera comme vous le pensez certains internautes a part politique. Qui ne pense qu'a mette la pagaille.

    Si c'est une histoire politique je dirais amen , ceux ci n'ont aucun respect pour la vie humaine.
    Ne savent pas distinguer une personne jeune et âgées avec maladie incurable

    Donc basta les partis politique de ces internautes

    avatar
    QUYATIL13500  (privé) -

    laissez parler , ce sont des imbéciles.

  • L'euthanasie, le choix d'une fin de vie .
    Oui, prendre son temps et interroger sa (notre) conscience :
    Malgré les lois adoptées en 2005 et en 2016, dont la remarquable loi Léonetti qui fut une forte avancée, tout n'a pas été traité car mélangeant divers types de situation, unifiant l'improbable, par le tabou de l'interdit de tuer, tout en légalisant le silence de l'hôpital, ou autre structure médicale, qui, lui, peut délivrer la mort, avec ce double effet consistant en une action qui tue sans le dire ....
    Que penser ensuite de cette sorte de piège que sont les soins palliatifs fermant cette tragique controverse.
    Cette confusion provient peut-être que l'on croit que l'aide médicale à mourir se traite comme l'aide active à mourir en se posant toujours la même question: est-on vraiment face à une demande d'euthanasie ou plutôt d'une "aide à mourir ou à s'éteindre" en évoquant ce terrible mot euthanasie ?
    Ce qui est le plus inquiétant dans cette médication est que l'on se dispense, pratiquement, du consentement de la personne en cause et de ses proches; en effet, quand le consentement pose problème, il est immédiatement évité.
    Il est dit alors que ce n'est plus une question médicale et il est déplacé vers le moral.
    Nous voyons donc que cette question de société n'est pas des plus aisées à traiter et que le corps citoyen français devrait faire fi de ses différences politiques ou autres idéologies - surtout et essentiellement religieuses - et réfléchir longuement, et avec apaisement, comment parvenir, non pas à une réglementation rigide, mais à un consensus universel de par la libre conscience des proches.
    Et en souhaitant à quiconque de ne pas avoir à subir un tel cas de conscience en mettant un terme à la vie d'un père, atteint d'un cancer en phase terminale, grâce à l'aide d'une infirmière compréhensive augmentant la dose de morphine; souvenir indélébile qui perdure toujours 30 ans après ...

    Cela existe déjà, pourquoi faire une autre loi pour tuer plus facilement!
    en 2013 cela s'est passé pour mon époux et c'est horrible de donner une réponse aux médecins ,mais pour qu'il ne souffre plus la famille n'a pas d'autre solution que de donner son accord, car c'est terrible de !voir son mari souffrir à ce point !

  • avatar
    faber24  (privé) -

    Toujours les mêmes qui signent. Y a pas mon nom en tout cas. Même mon chat je l'ai pas euthanasié, "piqué" comme on dit hypocritement : pour le tuer quoi ! "Allez viens, on va te tuer" : ben non !

  • Le gouvernement fait tout pour appauvrir les personnes âgées les empêchants de vivres et se nourrir correctement et maintenant ils les empêche de mourir décemment .....ce sont vraiment des barbares qui aimes voir souffrir les gens