Une fête illégale interrompue à Marseille, une autre en cours en Ille-et-Vilaine

Une fête illégale interrompue à Marseille, une autre en cours en Ille-et-Vilaine
(illustration)

publié le vendredi 01 janvier 2021 à 11h14

Les organisateurs ont été interpellés à Marseille, et placés en garde à vue. En Ille-et-Vilaine, la fête bat toujours son plein, surveillée par les gendarmes.

Une fête illégale rassemblant 300 personnes a été interrompue et dispersée par les forces de l'ordre dans la nuit de jeudi à vendredi à Marseille, a-t-on appris vendredi de sources policières.

Plus de 150 de ces fêtards ont été verbalisés pour violation du couvre-feu.

Les trois organisateurs présumés de cette fête, dans une salle des fêtes du 10e arrondissement, dans les quartiers est de Marseille, ont été interpellés et placés en garde à vue pour mise en danger de la vie d'autrui et travail dissimulé, a-t-on précisé du côté de la Procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens.

Au-delà des quelque 150 noceurs qui se sont vus infliger une amende de 135 euros pour infraction aux règles du couvre-feu, deux autres personnes ont été interpellées, l'une pour outrage à personnes dépositaires de l'ordre public et rébellion, l'autre pour rébellion et violences sur personnes dépositaires de l'ordre public, notamment avec arme.


Une fête clandestine rassemblant près de 500 personnes avait déjà été interrompue à Marseille, mi-décembre, dans les quartiers nord de la cité phocéenne. Il s'agissait du plus gros rassemblement illégal signalé dans le pays depuis le début de la crise du coronavirus.

Par ailleurs, plusieurs centaines de personnes participaient à une fête sauvage vendredi matin sur la commune de Lieuron (Ille-et-Vilaine), au sud de Rennes, selon de la préfecture. BFMTV évoque de son côté environ 2.000 personnes présentes sur place.

"Il y a un rassemblement de quelques centaines de 'teufeurs' à Lieuron. Il y a toujours du monde", a indiqué  la préfecture, confirmant une information de Ouest-France. "Un arrêté préfectoral interdisait ce type de rassemblement", a ajouté la préfecture, précisant qu'un point serait fait en fin de matinée sur les suites de cette fête sauvage. 

Sur une vidéo de Ouest-France on peut distinguer des centaines de jeunes s'amuser dans ce qui ressemble à une rave, sans véritable respect des gestes barrières. Des gendarmes ont été pris à partie par les fêtards : caillassés, trois d'entre eux ont été légèrement blessés. Un de leur véhicule a également été incendié, selon BFMTV.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.