Une femme en niqab sème la panique sur le périphérique

Une femme en niqab sème la panique sur le périphérique©Reuters

6Medias, publié le mercredi 25 mai 2016 à 19h40

chaos sur le périphérique parisien mardi 24 mai, dans la matinée. La circulation a été coupée pendant trois quarts d'heure dans les deux sens entre les portes de Pantin et d'Aubervilliers, dans le XIXe arrondissement.

Si des témoins ont d'abord cru à un accident, comme le rapporte Le Parisien, l'origine de la pagaille se trouve en fait dans l'interpellation d'une automobiliste portant un niqab et doublement fichée S.
L'histoire commence sur l'autoroute A6, dans le sud de Paris. Une automobiliste vêtue d'un voile intégral, seule à bord de son véhicule, échappe à un contrôle routier. Face à son refus d'obtempérer, l'immatriculation de sa voiture est relevée par les policiers et transmise à leurs collègues sur les ondes.
La femme est ensuite repérée sur le périphérique extérieur vers 10h15, puis bloquée et interpellée à hauteur de la porte de la Villette, au nord de Paris. Une heure plus tard, l'état-major de la préfecture de police décide de fermer le périphérique dans les deux sens et de faire intervenir une équipe de déminage.

Assignée à résidence

Après vérification, il s'avère que la conductrice, une habitante de l'Yonne âgée de 29 ans, fait l'objet de deux fiches S, pour « atteinte à la sûreté de l'État ». En plus de cette surveillance renforcée, la jeune femme est assignée à résidence depuis le mois de novembre, dans le cadre de l'état d'urgence.
Aucun explosif n'a été découvert par les équipes du laboratoire central de la préfecture de police. L'automobiliste a été placée en garde à vue, tandis qu'un commissariat parisien s'est chargé de l'enquête. Les automobilistes, eux, ont pu de nouveau circuler sur le périphérique aux alentours de midi. Pour rappel, la loi du 11 octobre 2010 interdit la dissimulation du visage dans l'espace public, même si l'habitacle d'une voiture ne correspond pas, à proprement parler, à l'espace public.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU