Une campagne de vaccination contre le Covid-19 en trois phases qui débutera dans les prochaines semaines

Une campagne de vaccination contre le Covid-19 en trois phases qui débutera dans les prochaines semaines
Le Premier ministre Jean Castex, le 3 décembre 2020.

publié le jeudi 03 décembre 2020 à 19h00

La vaccination, gratuite et non obligatoire, sera dans un premier temps réservée aux personnes âgées résidant en établissement médico-social ainsi que les personnels à risque de ces établissements.

"L'arrivée du vaccin est un vrai motif d'espoir", a souligné jeudi 3 décembre le Premier ministre Jean Castex, en détaillant la stratégie vaccinale de la France. La campagne de vaccination, dont le début est "une question de semaines", va "s'étaler sur plusieurs mois", a indiqué le chef du gouvernement. Gratuite et non obligatoire, elle se fera en trois phases.

"Tout le monde" ne pourra pas "se faire vacciner immédiatement" contre le coronavirus, a-t-il expliqué. 



La première phase de vaccination commencera au mieux dans les derniers jours de décembre, sinon à partir de janvier, suivant les autorisations de mise sur le marché délivrées par les autorités de santé aux candidats vaccins. Cette première campagne concerna les personnes âgées résidant en établissement médico-social ainsi que les personnels à risque de ces établissements. "Environ un million de personnes" devraient être vaccinées lors de cette phase, a précisé Jean Castex.

Lors de la deuxième phase, qui se déroulera entre février et mars 2021, 14 millions de personnes devraient être vaccinées : il s'agira, dans l'ordre, des personnes âgées de 75 ans et plus, puis celles de 65 ans et plus et les professionnels de santé et médico-sociaux vulnérables en raison de leur âge ou de leur santé

Ce n'est qu'au printemps qu'interviendra "le temps de la vaccination de masse". Là encore, il y aura des publics prioritaires : les personnes âgées de 50 à 64 ans, "les professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays en période épidémique" (sécurité, éducation, alimentation), les personnes vulnérables et précaires et ceux qui les prennent en charge, "les personnes qui vivent dans des hébergements confinés ou des lieux clos", a détaillé le ministre de la Santé Olivier Véran. Ensuite, sera concerné "le reste de la population majeure". Les mineurs ne font pas l'objet de recommandations car les études cliniques les plus avancées n'ont pas inclus cette population.

Cette campagne de vaccination va inclure les médecins généralistes qui pourraient se retrouver "au coeur du dispositif" : "chacun doit pouvoir se faire vacciner par un professionnel de santé à proximité qu'il connait, et en qui il a confiance", a déclaré le chef du gouvernement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.