Un simulateur de licenciement abusif scandalise les syndicats

Un simulateur de licenciement abusif scandalise les syndicats
Le conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer. (Illustration)

, publié le vendredi 03 novembre 2017 à 13h40

Combien coûterait à un chef d'entreprise de licencier un salarié sans cause réelle ni sérieuse ? La question devrait être tranchée par les juges de prud'hommes, et laisserait le patron dans l'incertitude jusqu'au dernier moment. Mais grâce au "simulateur des indemnités en cas de licenciement abusif" mis en ligne depuis quelques jours sur le site servicepublic.fr, il est désormais possible de savoir quels seront les montants minimal et maximal susceptibles d'être fixés par les juges.

Cet outil, proposé aux chefs d'entreprises et aux salariés dans le sillage des ordonnances réformant le code du travail, provoque la colère des syndicats, rapporte Le Parisien vendredi 3 novembre.


Le quotidien local donne l'exemple d'un patron d'une entreprise de plus de onze salariés qui souhaiterait se séparer d'un salarié ayant six ans d'ancienneté. Grâce au simulateur, ce chef d'entreprise peut déterminer qu'il devra verser au minimum trois mois de salaire et au maximum sept mois de salaire. Pour un salarié présent depuis douze dans l'entreprise, il devra verser des indemnités pouvant aller jusqu'à onze mois de salaire.

"Totalement scandaleux!", s'est indigné le président de Seci-Unsa, le syndicat des employés du commerce et de l'industrie, Éric Scherrer, cité par Le Parisien. "Que la loi permette d'imposer un tarif, c'est une chose. Mais que le gouvernement en fasse la promotion en disant aux chefs d'entreprise : 'faites vos calculs', c'est choquant", s'est-il étranglé. "Voilà la porte ouverte à tous les abus, a renchéri le secrétaire général du Comité CGT-Chômeurs, Philippe Nackaerts. Dans les faits, on sait très bien que les salariés ne vont pas s'amuser à faire des calculs alambiqués au cas ou ils seraient virés. En général, ils font le calcul après."

LE MEDEF EST RAVI

Grand pourfendeur de l'incertitude économique, le Medef s'est, sans surprise, félicité de la mise en ligne de cet outil. "C'est une bonne initiative car cela permet à tout le monde de comprendre l'impact de la réforme qui vient d'entrer en vigueur, a souligné un porte-parole du syndicat patronal auprès du Parisien. Pouvoir anticiper et ne pas avoir de surprise en cas de retournement de situation est un élément très important pour la confiance."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.