Un professeur d'école de commerce "viré" après des propos racistes

Un professeur d'école de commerce "viré" après des propos racistes
Un professeur de l'Inseec a oublié de couper son micro après un cours en visioconférence, ce qui a permis à ses étudiants d'entendre une conversation téléphonique aux propos racistes.

publié le samedi 01 mai 2021 à 18h05

A l'issue d'un cours en visioconférence, des étudiants de l'Inseec de Paris ont entendu la conversation téléphonique de leur professeur, dans lequel il affirmait notamment que "les pires étudiants (qu'il a) eus sont les Blacks".



"On en a assez entendu de votre conversation. Je ne peux plus".

Exaspérée par les propos de son professeur qui avait visiblement oublié de couper son micro après un cours un visioconférence, une étudiante de l'Institut des hautes études économiques et commerciales (Inseec) de Paris a préféré couper court. Et pour cause : l'enseignant en question tenait des questions racistes, comme on peut l'entendre sur une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux jeudi 29 avril. "Les pires étudiants que j'ai eus sont les Blacks", affirme ce professeur. "Les Blacks sont terribles", lui répond alors son interlocuteur, non identifié. 



Après cet échange, la trentaine d'étudiants de cette classe se sont concertés et ont décidé d'envoyer un mail à leur assistante pédagogique, rapporte vendredi 30 avril Libération. "Les deux ont eu des propos que l'on peut facilement qualifier de racistes. La conversation était de l'ordre du privé mais de nombreux élèves y ont assisté (...). Nous vous laissons juger des propos contenus dans la vidéo, qui ne reprend qu'un morceau de la conversation", écrivent-ils, réclamant "les mesures nécessaires". 

La réaction a été immédiate. Contacté par le quotidien, le président exécutif du groupe Inseec U, Mathias Emmerich, a assuré que le professeur en question avait été "viré". Il envisage par ailleurs de déposer une plainte "très prochainement" auprès du parquet de Paris. 

"Nous prenons nos responsabilités. Ce sera ensuite à la justice de déterminer si les faits sont passibles de poursuites, compte tenu de la façon dont les propos ont été tenus et enregistrés", a expliqué M. Emmerich, qui assure qu'il agira "de la même manière" s'il s'avère que l'interlocuteur du professeur est également membre de l'Inseec. 

Un communiqué de l'Inseec, qui condamne ces "propos clairement racistes et inacceptables", a également été envoyé à l'ensemble des professeurs et des élèves. "Nous avons décidé de mettre à pied immédiatement l'enseignant vacataire qui tient ces propos et mettons un terme à nos relations avec lui", précise le texte. 



L'homme en question, réside en Asie, et réalisé à distance neuf des quinze heures de cours prévues dans son contrat. C'était la première année qu'il travaillait pour l'Inseec. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.