"Un miracle de le voir arriver" : le gendarme "très choqué" retrouvé sain et sauf dans les Alpes-Maritimes

"Un miracle de le voir arriver" : le gendarme "très choqué" retrouvé sain et sauf dans les Alpes-Maritimes
La pluie a cessé samedi dans les Alpes-Maritimes placées toute la journée de vendredi en alerte rouge.

, publié le samedi 03 octobre 2020 à 16h10

A Saint-Martin-Vésubie, dans les Alpes-Maritimes, un gendarme était porté disparu vendredi 2 octobre. Il a finalement été retrouvé sain et sauf.

Une journaliste de Nice-matin a témoigné son retour au village sur l'antenne de BFMTV.

Des villages coupés du monde, des paysages dévastés par les crues brutales, c'est que vit le département des Alpes-Maritimes en cette fin de semaine. Dix-huit personnes sont encore supposées ou avérées disparues. Vendredi 2 octobre, un gendarme du village de Saint-Martin-Vésubie était compté dans le triste bilan. Comme l'a confirmé Gérald Darmanin dans un tweet, il a été retrouvé et est désormais sain et sauf. Selon le maire de Nice, Christian Estrosi (LR), il est "en bonne situation physique mais extrêmement traumatisé".




Sur l'antenne de BFMTV, Stéphanie Gasiglia, une journaliste du média local Nice-matin qui a côtoyé le gendarme retrouvé a livré son témoignage. "Ce matin, c'était un miracle de le voir arriver. Les gens n'en revenaient pas dans le village", a-t-elle confié.

Puis d'évoquer l'état d'esprit du sauveteur : "Il était très choqué mais avait un sourire incroyable. Il a pensé aux habitants avant de penser à lui. Il n'arrêtait pas de dire : 'Moi j'ai une bonne étoile mais ce qu'il s'est passé dans le village me désole.'"


Stéphanie Gasiglia a ensuite détaillé, toujours au micro de BFMTV, comment le gendarme a réussi à s'en tirer malgré les crues. "Il a voulu rejoindre le PC qui était installé au coeur de la mairie de Saint-Martin-Vésubie, à pieds. Et la route, sans prévenir, s'est effondrée sous ses pieds et il s'est retrouvé dans l'eau. Il a réussi à s'accrocher sur un coin et progressivement il a réussi à remonter sur un petit bout de chemin qui était resté encore en l'air. Il a croisé des gens qui lui ont offert l'hospitalité pour la nuit. Sauf qu'il n'y a pas de téléphone, il n'y a rien, c'est complètement coupé du monde là-haut, il n'y a plus aucune ligne de téléphone qui passe. Donc il n'a pu prévenir personne", a raconté la journaliste de Nice-matin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.