Un migrant mortellement poignardé à Calais

Un migrant mortellement poignardé à Calais

Une voiture de police à Calais au lendemain de violences entre migrants ayant fait plusieurs blessés, le 2 février 2018

AFP, publié le samedi 17 mars 2018 à 20h21

Un migrant, probablement de nationalité afghane, a été tué samedi en fin d'après-midi d'un coup de couteau à Calais, port du nord de la France où s'entassent les candidats à l'immigration clandestine en Grande-Bretagne, a-t-on appris de source préfectorale.

L'homme, âgé de 25 ans, est décédé à proximité de l'hôpital, où une association mandatée par l'Etat assure quotidiennement des distributions de repas aux migrants depuis début mars. 

"Vers 17H20, une patrouille de la gendarmerie a été alertée du fait qu'un jeune Afghan a été blessé", a déclaré à l'AFP le sous-préfet de Calais Michel Tournaire.

"Les secours se sont rendus sur place et ont constaté le décès", a-t-il ajouté.

D'après un correspondant de l'AFP sur place, six véhicules de police se trouvaient en fin d'après-midi non loin du corps, tandis qu'un groupe de migrants était rassemblé autour d'un petit feu de camp à une cinquantaine de mètres.

Cet endroit est également un lieu de distribution de vêtements et de nourriture des associations caritatives aux Afghans. 

L'Etat assure officiellement depuis le 6 mars la responsabilité de la distribution des repas à la population migrante, par l'intermédiaire de l'association "La Vie Active".

Selon le sous-préfet, il y a entre 300 et 350 migrants à Calais et ses environs, d'après un dernier comptage. Selon les associations, "entre 500 et 600 migrants" vivaient dans le Calaisis, fin février.

Début février, de violents affrontements entre migrants afghans et africains avaient fait 18 blessés, dont quatre touchés par balle.

Désireux de rejoindre l'Angleterre, les migrants tentent régulièrement de monter dans des camions qui prennent les car-ferries partant des ports du nord de la France pour Douvres (sud-est de l'Angleterre).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
49 commentaires - Un migrant mortellement poignardé à Calais
  • Ils feraient mieux de se battre pour leurs pays respectifs plutôt que de venir s’entre-tuer chez nous.

  • Celui qui a tué at _il été arrêté et normalement il doit être tué par nos services de la France ???
    Est ce bien la situation ???

  • Septembre 1999, ouverture du centre d’accueil de réfugiés à Sangatte dans le Pas-de-Calais, afin d’accueillir les réfugiés qui attendent de se rendre en Angleterre.
    Il est installé, à l'instigation de la Croix-Rouge, dans une ancienne usine d’Eurotunnel dont les équipements ne prévoyaient pas d’accueillir plus de 200 personnes. Finalement, on en dénombrera près de 1600, essentiellement afghans, iraniens, irakiens, kurdes et kosovars.
    En novembre 2002, pour mettre fin à la précarité des migrants et aux tensions avec la population locale, le ministre de l'Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, ordonne la fermeture et le démantèlement du centre.
    Dix ans plus tard, cette fermeture n’empêchera pas de nouveaux immigrés illégaux, toujours aussi déterminés à atteindre le Royaume-Uni, d’affluer dans le Calaisis en créant les « jungles » qui seront démantelées puis se reformeront. Mars 2018 rien n’a changé. Depuis bientôt 20 ans le problème n’est pas réglé!

  • Mais quand enfin nos grandes instances vont-ils comprendre que ces gens doivent être renvoyés dans leurs pays respectif cela a assez duré.

  • je pleure a chaude larme quelle horreur!