Un maire de Gironde prend un arrêté contre les radars embarqués privés

Un maire de Gironde prend un arrêté contre les radars embarqués privés
Un radar privé embarqué, le 24 février 2017, à Évreux.

Orange avec AFP, publié le mardi 08 mai 2018 à 09h43

Pour le moment expérimentés en Normandie, les radars privés embarqués doivent opérer sur tout le territoire d'ici à 2020.

"Les radars privés embarqués, c'est la porte ouverte au grand n'importe quoi." Des sociétés privées qui utilisent des voitures banalisées pour traquer les excès de vitesse sur les routes, le maire de Naujac-sur-Mer (Gironde), Jean-Bernard Dufourd n'en veut pas. Alors, il a pris un arrêté municipal pour les faire interdire dans sa commune, rapporte lundi 7 mai France Bleu.

Et l'édile prend de l'avance. Pour le moment, 26 véhicules sillonnent la Normandie, et seulement la Normandie. Le dispositif doit être étendu au reste du territoire progressivement jusqu'à l'année prochaine.



Pour Jean-Bernard Dufourd, c'est avant tout une question de principe. "Ce n'est pas normal de déléguer ce service-là. En plus on voit bien, par exemple, qu'avec le stationnement qui lui aussi a été privatisé, il y a eu des abus dans de nombreuses villes. Et là, ça sera la même chose, estime le maire, cité par France Bleu. Et puis nous avons des gens dont c'est le métier, alors on a qu'à donner des moyens supplémentaires à la police et à la gendarmerie au lieu de déléguer des tâches à des sociétés privées." À l'heure actuelle, la préfecture n'a pas encore annoncé quand les radars embarqués privés seraient déployée en Gironde.

Pour justifier son arrêté, le maire de Naujac-sur-Mer s'appuie sur un article du code de la route qui stipule qu'il est "interdit de placer dans le champ de vision du conducteur un appareil doté d'un écran ne constituant pas une aide à la conduite ou à la navigation". Et s'il est bien conscient que la préfecture pourra retoquer son texte, il espère tout de même qu'il aura un "effet boule de neige" et que d'autres communes l'imiteront, indique France bleu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.